Publié le 17 avril 2019 à 21:25

Les mesures anti-feu, un enjeu majeur pour le patrimoine construit suisse

Après l'incendie de Notre-Dame, les mesures anti-feu de l'abbatiale de Saint-Gall sont examinées de près.
Après l'incendie de Notre-Dame, les mesures anti-feu de l'abbatiale de Saint-Gall sont examinées de près. 12h45 / 2 min. / le 17 avril 2019
L'incendie de Notre-Dame pose la question de la protection des bâtiments patrimoniaux. En Suisse c'est aussi un enjeu majeur pour les sites historiques. Le bâtiment actuel de l'Abbaye de St-Gall date du XVIIIe siècle: des mesures de prévention existent pour elle et sa bibliothèque.

Au Moyen-Age, elle représentait l'un des plus prestigieux centres culturels du Saint-Empire romain germanique. Quelques siècles plus tard, l'Abbatiale de Saint-Gall adopte un style rococo néo-classique et devient l'une des dernières représentantes du baroque tardif.

Du bois très précieux

Impossible d'imaginer un scénario catastrophe tel qu'à Notre-Dame pour ce fabuleux témoin de l'Histoire: "Nous avons ici beaucoup d'éléments en bois très précieux, datant de 250 ans", explique Thomas Frank, directeur administratif de l'Abbatiale de Saint-Gall. "L'orgue aussi est exceptionnel. La difficulté est que ces éléments sont directement intégrés au bâtiment: on ne pourrait pas les retirer en cas d'incendie".

>> La Cathédrale de Saint Gall: une très belle visite à 360°

L'homme espère qu'avec les mesures de protection prises, un éventuel feu ne pourrait pas occasionner autant de dégâts que dans le cas parisien.

Enluminures tirées d'un ouvrage conservé à l'Abbaye de Saint-Gall. Enluminures tirées d'un ouvrage conservé à l'Abbaye de Saint-Gall. [Bernard Litzler - DR] Les mesures de prévention incendie sont particulièrement importantes sous les toits de la cathédrale, au coeur de la charpente en bois: 850 détecteurs de fumée complètent le dispositif technique, ainsi qu'un système de conduites d'eau et d'arrosage.

De plus, les services du feu s'entraînent plusieurs fois par an dans le bâtiment: "Il faut quatre à cinq minutes pour que les premières équipes soient prêtes à intervenir", assure Christian Isler du service du feu. "Ensuite, l'alerte est lancée auprès des corps de pompiers des équipes est et ouest. Ainsi, en dix à douze minutes, une centaine de pompiers est dépêchée sur les lieux".

Des manuscrits inestimables

A quelques pas de la cathédrale, l'autre trésor de l'abbaye est sa bibliothèque: l'une des plus riches et des plus anciennes du monde.

>> Un reportage proposé par l'UNESCO sur la bibliothèque de Saint-Gall:

Avec ses milliers de livres et de manuscrits anciens, là aussi, le feu est une thématique centrale. Les biens les plus inestimables sont conservés dans une sorte de bunker en béton, protégés de l'air extérieur: "La particularité de cette chambre, c'est son système d'extinction à gaz", indique Thomas Frank. "Si l'alarme se déclenche, de l'azote est libéré, ce qui permet de réduire le taux d'oxygène. Ainsi, aucun incendie ne peut se propager."

Face à l'ampleur des biens culturels conservés à Saint-Gall, prévenir les incendies représente un défi permanent. Le site est classé depuis 1983 au patrimoine mondial de l'UNESCO: l'organisation dit de l'ensemble que sa valeur est "universelle et exceptionnelle".

Noémie Guignard / Stéphanie Jaquet

Publié le 17 avril 2019 à 21:25

La cathédrale Saint-Pierre de Genève est bien protégée

Tel un vaisseau de pierre et de bois qui vogue sur les toits de la cité, la cathédrale Saint-Pierre de Genève est une figure connue et aimée de la Vieille Ville… Comme Notre Dame de Paris, elle date du Moyen-Age.

Sous son toit et au-dessus des voûtes, une charpente en chêne qui remonte au XVème siècle. Lorsqu'un tel ouvrage est détruit par le feu, certains éléments historiques sont perdus à tout jamais, comme l'explique l'architecte Tiziano Borghini: "C'est la matière dont la lecture nous permet de comprendre les techniques de mise en œuvre et le travail des assemblages. Le trait des outils qui marquent toutes les matières: on l'a sur le bois, on l'a aussi sur la pierre. Et ça, c'est irrémédiable".

Une filiation du savoir-faire

Construite selon les usages de l’époque, le poutrage comporte très peu de pièces métalliques: tous les éléments s’emboîtent. Un savoir-faire encore maîtrisé aujourd'hui, grâce aux monument qui nécessitent d'être restaurés: "Cela permet cette filiation du savoir-faire qui est absolument indispensable pour perpétuer cette mise en œuvre", souligne le professionnel.



Aujourd'hui, il est donc possible de reconstruire de tels chefs d'œuvre, même si le coût en temps et en argent est énorme. C'est pourquoi tout est mis en place pour éviter des drames. Parcourant les planches pluricentenaires, Samuel Brückner, vice-président de la Fondation des Clefs de Saint-Pierre, pointe du doigt un tuyau gris: "Vous avez ici l'arrivée de la colonne sèche qui fournit un point d'eau aux pompiers en cas d'intervention. Dans ces éléments techniques, vous avez au plafond les détecteurs de fumée et de chaleur qui déclenchent l'alarme automatique. Et puis il y a aussi des haut-parleurs permettant de donner l'ordre d'évacuation".

Limiter les risques

Directement sous la flèche de cette cathédrale protestante, des travaux viennent de se terminer: ils ont été exécutés avec le maximum de prudence afin d'éviter le pire: "On met tout en œuvre pour limiter les risques: que ce soit en limitant au maximum les interventions à flamme ouverte ou qui pourraient provoquer des étincelles sur place," assure Samuel Brückner. "On maintient évidemment l'alarme incendie, on demande des mesures spécifiques aux entreprises et on sélectionne ces dernières en fonction de leurs compétences pour ce genre d'exigences".

Autant de mesures de prudences nécessaires. Toutefois Notre-Dame de Paris avait, elle aussi, des alarmes...

Joël Boissard/sjaq

L'Abbatiale de Saint-Gall