Modifié le 01 avril 2019 à 21:47

Il y a 75 ans, une escadrille américaine bombardait Schaffhouse par erreur

Il y a 75 ans le bombardement de Schaffhouse
Il y a 75 ans le bombardement de Schaffhouse L'actu en vidéo / 2 min. / le 01 avril 2019
Le 1er avril 1944, une escadrille de l'armée américaine, désorientée, larguait par erreur des bombes sur la ville de Schaffhouse. Bilan: plus de 40 morts, 270 blessés, près de 500 sans-abri et la disparition de 1000 emplois.

Une maison détruite à Schaffhouse en 1944. Une maison détruite à Schaffhouse en 1944. [Walter Scheiwiller/Milou Steiner/Eugen Suter - Keystone] La première escadrille a largué des bombes au-dessus d'une forêt toute proche. La deuxième est restée inactive et la troisième a largué près de 400 bombes sur Schaffhouse durant 40 secondes, à 10h58. Les trois escadrilles avaient pour cibles les usines chimiques d'IG Farben, à Ludwigshafen (D).

Les escadrilles qui ont atteint le sud de l'Allemagne ont cherché en vain Ludwigshafen et ont largué des bombes lors du vol de retour. Elles ont bombardé une dernière cible possible "avec un résultat modeste", a transmis un bombardier américain durant le vol retour.

 

 

>> Voir le sujet du 19h30:

Bombardement de Schaffhouse en 1944: commémoration avec l'Ambassadeur des Etats-Unis et Karin Keller Suter, Conseillère fédérale
19h30 - Publié le 01 avril 2019

Excuses de Roosevelt

Les victimes de ce "résultat modeste" ont été enterrées le 4 avril 1944 en présence de dignitaires militaires, politiques et d'intellectuels de toute la Suisse.

Le président américain Franklin D. Roosevelt a écrit au maire de Schaffhouse, Walther Bringolf. Il exprime ses regrets pour "cet accident tragique ayant causé la perte de vies innocentes et de trésors culturels irremplaçables".

>> Ecouter le témoignage des victimes du bombardement:

Bombardement de Schaffhouse en 1944: Témoignages de victimes
19h30 - Publié le 01 avril 2019

Pression sur la Suisse?

Erreur ou bombardement volontaire? Aujourd'hui encore, un doute subsiste dans certains esprits. L'historien Dominique Dirlewanger mentionne l'hypothèse d'un signal envoyé à la Suisse par le gouvernement américain: "Les Américains faisaient pression sur le gouvernement suisse depuis de nombreux mois, concernant notamment les livraisons de matériel de guerre mais aussi pour les services financiers, l’achat d’or et les crédits que le gouvernement et la Banque nationale avaient prêtés aux Allemands".

"La neutralité de la Suisse a servi d’étendard dans la période d’après-guerre. Elle a marqué durablement l’esprit de solidarité et les questions humanitaires sur lesquels la Suisse s’est construite. Cette image a ensuite été quelque peu écornée dans les années 90, au moment de l’affaire des fonds en déshérence", détaille l'historien.

>> Ecouter son analyse dans le 19:30:

Dominique Dirlewanger, historien "Face à la pression des Etats-Unis et autres alliés, la Suisse a lâché 250 millions de francs."
19h30 - Publié le 01 avril 2019
 

ats/pym

Publié le 01 avril 2019 à 11:32 - Modifié le 01 avril 2019 à 21:47

Nouveaux bombardements

Les excuses n'ont pas mis fin aux bombardements pour longtemps. Le 22 février 1945, un ambassadeur de Roosevelt a déposé une gerbe sur les tombes des victimes de Schaffhouse.

Le même jour, dix-huit personnes sont mortes sous de nouvelles bombes américaines lâchées sur les localités de Stein am Rhein (SH), Rafz (ZH) et Vals (GR). Le 4 mars, neuf bombardiers américains ont pris pour cible la gare marchande de Bâle.