Modifié le 15 mars 2019 à 09:26

L'EPFZ exige le licenciement d'une professeure pour mobbing

Le bâtiment principal de l'EPFZ à Zurich.
L'EPFZ exige le licenciement d'une professeure pour mobbing La Matinale / 1 min. / le 15 mars 2019
L'EPFZ exige le licenciement d'une professeure de l'ancien Institut d'astronomie, accusée d'avoir tyrannisé des doctorants durant dix ans. Une série de mesures sera prise afin d'éviter le recours à de telles décisions "extrêmes" à l'avenir.

"Nous avons fait des erreurs en tant qu'institution": l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich a fait son mea culpa et dit vouloir tirer les leçons des différents cas de mobbing qu'elle a connus au cours des deux dernières années.

La direction de l'établissement et son nouveau président Joël Mesot ont annoncé jeudi avoir demandé le licenciement d'une professeure de l'ancien institut d'astronomie, accusée en 2017 d'abus de pouvoir sur des doctorants. Une décision sans précédent que l'EPFZ veut assortir de nouvelles mesures pour lutter contre le mobbing.

"Nous devons nous améliorer dans le domaine de la prévention, en installant un système qui permet de régler les situations de conflits le plus rapidement possible", déclare Joël Mesot à la RTS vendredi.

Institut dissous

L'EPFZ avait déjà annoncé en octobre dernier avoir lancé le processus de licenciement, suite aux résultats de l'enquête administrative concluant à un "comportement grave et déloyal sur une longue période". Une autre enquête, ouverte pour soupçon de comportement fautif dans le domaine de la recherche, n'a elle pas mis au jour de comportement répréhensible.

C'est la NZZ am Sonntag qui avait rendu l'affaire publique en octobre 2017, parlant de "mobbing". Suite à ces révélations, l'Institut d'astronomie de l'EPFZ a été dissous. La professeure et son mari, qui l'avaient créé et le dirigeaient ensemble, avaient été mis en congé sabbatique.

Séverine Ambrus/ats/vkiss

Publié le 15 mars 2019 à 08:58 - Modifié le 15 mars 2019 à 09:26

Autres affaires

D'autres affaires ont secoué l'EPFZ. En mai 2018, l'école a été confrontée à de nouveaux reproches de mobbing contre des professeurs et professeures. Fin janvier, on apprenait qu'un professeur avait enfreint le code de conduite de l'école et qu'il n'avait pas maintenu une limite adéquate entre ses relations personnelles et professionnelles, sans plus de détails.