Modifié

Dix ans après la fin du secret bancaire, le Tessin peine à se relever

Dix ans après la fin du secret bancaire, comment les banques se portent-elles? [Gaëtan Bally - Keystone]
Il y dix ans, la Suisse tournait la page du secret bancaire / La Matinale / 3 min. / le 1 mars 2019
Le 13 mars 2009, le conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz annonce la suppression de la distinction entre fraude et évasion fiscale. Dix ans après le fin du secret bancaire, la place financière tessinoise peine toujours à se relever.

C'était un véritable coup de tonnerre pour les milieux financiers qui ont dû se plier à de nouvelles réglementations et licencier du personnel.

"Je me souviens très bien de cette journée qui a été perçue comme un changement total de paradigme", déclare à la RTS Patrik Odier. L'associé gérant de Lombard Odier est devenu sept mois plus tard président de l'Association suisse des banquiers.

"J'ai dû défendre l'idée de se reconcentrer sur la réalité de ce nouvel environnement plutôt que de se plaindre sur les avantages du passé. Cela n'a pas été facile au début, mais ça s'est ensuite relativement bien développé puisque la place financière ressort, dix ans après, plus renforcée qu'affaiblie."

25% d'emplois perdus au Tessin

Cet optimisme n'est pas partagé par tout le monde, notamment au Tessin. Si Genève, par exemple, s'est tournée vers les fortunes des pays émergents, la place financière tessinoise dépend encore largement des clients italiens.

Certains sont revenus, mais beaucoup sont définitivement partis et de nombreuses banques ont mis la clé sous la porte. "Depuis 2008, on a perdu 25% des emplois dans les milieux bancaires au Tessin", précise Matteo Giannini, président de l'Association suisse des employés de banque au Tessin.

"La tendance est à l'épargne sur les coûts, et les employés représentent la plupart des coûts. Il y a donc une atmosphère d'incertitude et de peur", constate Matteo Giannini.

Pressions insidieuses des directions

Il y a également des pressions plus insidieuses de la part de la direction des banques. "Les directions obligent les employés à suivre des petits cours sur internet sur les normes légales. En cas de problème, il y a donc une tendance à décharger la responsabilité sur les employés, de la part du régulateur et de la banque."

La semaine dernière, les autorités fiscales italiennes ont encore fait monter la tension des employés en demandant directement aux banques des renseignements sur des clients régularisés et sur les employés qui se sont occupés de leurs comptes.

Davide, qui travaille dans une petite banque de Lugano, déplore ces méthodes inspirées des Etats-Unis: "Je constate malheureusement que le passé et les activités que j'ai menées à la banque ne seront pas effacés. Ce que j'ai pu faire avec mes clients risque d'apparaître, et les accords passés avec les autres pays ne sont pas suffisants pour nous garantir une certaine sécurité."

Ainsi, même si la place financière se remet peu à peu, le secret bancaire n'est pas encore une page définitivement tournée pour tous.

>> Ecouter le reportage complet de Quinze minutes:

Dix ans après la fin du secret bancaire, comment les banques se portent-elles? [Gaëtan Bally - Keystone]Gaëtan Bally - Keystone
Quinze minutes – Dix ans après la fin du secret bancaire, comment les banques suisses ont-elles évolué? / Le 12h30 / 14 min. / le 2 mars 2019

Francesca Argiroffo/vkiss

Publié Modifié