Modifié le 25 février 2018 à 15:27

Un Romand à la tête d'une cellule djihadiste démantelée en novembre

Arrêté en novembre, le Romand de 27 ans prévoyait de frapper Nice, comme en juillet 2016.
Arrêté en novembre, le Romand de 27 ans prévoyait de frapper Nice, comme en juillet 2016. [Anne-Christine Poujoulat - AFP]
Un jeune Romand radicalisé était le cerveau de la cellule djihadiste prête à entrer en action mais démantelée début novembre entre la France et la Suisse, révèle la NZZ am Sonntag.

Cet homme de 27 ans prévoyait une attaque à Nice, dans le sud de la France, au moyen de grenades ou d'une voiture-bélier. Dans son viseur: des politiciens, des juifs et d'autres "mécréants", détaille le journal alémanique, qui se base sur des documents confidentiels des autorités françaises.

Responsable de l'achat des armes au sein de son groupuscule, l'individu a coordonné les préparatifs de cet acte sur la messagerie cryptée russe Telegram. Il a été arrêté en novembre dernier en France, en même temps que huit autres complices.

Compagne arrêtée à Neuchâtel

Sa compagne, une Colombienne de 23 ans elle aussi impliquée dans la préparation de ces attaques, avait été arrêtée au domicile du couple, dans le canton de Neuchâtel.

Plusieurs perquisitions avaient été menées simultanément dans les cantons de Neuchâtel et Vaud.

kg

Publié le 25 février 2018 à 11:10 - Modifié le 25 février 2018 à 15:27