Modifié le 23 octobre 2017 à 09:10

L'aide de tous les cantons demandée pour la sécurité des JO Sion 2026

Les partenaires de Sion 2026 demandent l'aide des autres cantons en matière de sécurité.
L'aide de tous les cantons demandée pour la sécurité des JO Sion 2026 La Matinale / 1 min. / le 23 octobre 2017
La solidarité intercantonale doit prévaloir pour assurer la sécurité des Jeux olympiques de Sion 2026, estiment les régions partenaires de la candidature. Elles entendent donc demander l’aide de tous les cantons.

Les cantons qui accueilleraient les jeux d'hiver dans neuf ans ne disposeront pas des effectifs policiers suffisants. Ils demandent donc aux autres de mettre à disposition, gratuitement, une partie de leurs corps de police.

En règle générale, ce type de service est facturé 600 francs par jour et par agent. Mais les cantons hôtes des Jeux vont tenter de négocier ce tarif, et les tractations ont déjà commencé.

Une question de solidarité confédérale

"Pour un événement de grande taille, qui rayonne dans toute la Suisse (…), on peut faire appel aux autres cantons pour leur demander une gratuité partielle ou totale des forces de l'ordre qui seraient mises à disposition", estime le conseiller d’Etat valaisan en charge de la Sécurité Frédéric Favre.

"Lorsqu'on a accueilli l'Euro [de football] à Genève, Berne, Bâle et Zurich, cela a fonctionné. Donc si la solidarité confédérale ne fonctionne pas là, c'est tout le principe de la solidarité suisse qui est remis en doute", ajoute-t-il.

Un appui "qui ne peut pas être illimité"      

Les premiers échos sont positifs: le canton de Neuchâtel n'a pas encore formellement pris de décision mais son conseiller d'Etat en charge de la Police se dit prêt à fournir des hommes en renfort.

"Cette forme de contribution a cela d'intéressant que c'est sous forme de mise à disposition de personnel, ce qui permet une certaine forme d'organisation et non pas juste un chèque fourni", souligne Alain Ribaux. "Mais ça veut dire aussi que cet appui ne peut pas être illimité. Il sera évidemment dans des proportions raisonnables."

Une chose est sûre: s'il devait y avoir une gratuité des services fournis, elle sera décidée pour et par tous les cantons suisses. L'enjeu est de savoir si les coûts de sécurité incomberont aux seuls cantons organisateurs ou s’ils seront assumés par l’ensemble des régions - y compris par les cantons qui ne bénéficieront pas directement des retombées économiques et touristiques de ces Jeux olympiques.

>> Lire aussi: Craignant des surcoûts, nombre d'élus fédéraux rejettent les JO de Sion 2026

Pietro Bugnon/oang

Publié le 23 octobre 2017 à 07:57 - Modifié le 23 octobre 2017 à 09:10