Modifié le 27 mai 2017 à 17:53

Les intégristes d'Ecône utilisent la chapelle du CHUV contre l'avortement

Les murs du CHUV accueillent une chapelle oecuménique, où Ecône appelle à prier contre l'avortement.
Des croyants d'Ecône utilisent la chapelle du CHUV pour prier contre l'avortement Le 12h30 / 1 min. / le 27 mai 2017
Le Temps rapporte samedi que la fraternité Saint-Pie X se rassemble une fois par mois à la chapelle oecuménique du CHUV, à Lausanne, pour "réparer les crimes de l'avortement". A l'hôpital on assure "tomber des nues".

La chapelle du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) permet aux malades et à leurs proches de se recueillir et obtenir un soutien auprès des prêtres, pasteurs et théologiens assurant une garde sept jours sur sept.

C'est à cet endroit que les croyants fondamentalistes d'Ecône appellent leurs fidèles à venir réciter des prières expiatoires une fois par mois, raconte Le Temps.

Responsable de l'aumônerie du Centre hospitalier universitaire vaudois, François Rouiller a assuré au journal "tomber des nues" en apprenant cette pratique, et souligne qu'il n'existe aucun lien entre ses services et Ecône.

Interrogé par Le Temps, le prêtre responsable de la paroisse lausannoise de la Fraternité Saint-Pie X confirme la tenue de ces prières, ajoutant qu'elles ont lieu depuis "une dizaine d'années".

Salle désormais fermée

Réagissant à l'information, le conseiller d’Etat Pierre-Yves Maillard, chef du Département de la santé et de l’action sociale (DSAS), a de son coté assuré que la direction du CHUV "fera en sorte que ce lieu de recueillement propriété de l’Etat ne soit plus utilisé pour la diffusion de messages mettant en cause le droit à l’avortement".

La salle sera désormais fermée les 13 du mois entre 19h et 20h, moment du rendez-vous mensuel des conservateurs anti-avortement.

mre

Publié le 27 mai 2017 à 13:00 - Modifié le 27 mai 2017 à 17:53