Publié

Jusqu'à 3000 francs d'écart salarial entre certains enseignants romands

Le salaire des enseignants [RTS]
Le salaire des enseignants / T.T.C. (Toutes taxes comprises) / 6 min. / le 9 novembre 2015
A l'heure où les enseignants de Genève et Fribourg s'apprêtent à manifester leur colère contre les coupes salariales, la RTS a comparé les salaires des maîtres d'école du premier cycle primaire en Suisse romande.

De grandes disparités salariales existent entre les cantons romands. Avec un salaire de départ brut de 7462,30 francs par mois (13 fois par année), les enseignants genevois de premier cycle, soit des quatre premières années de scolarité, sont les mieux payés au monde dans leur métier: "On est parmi les mieux payés en Suisse dans une des villes les plus chères au monde. Il faut comparer ce qui est comparable", rapporte Laurent Vité, président de la Société pédagogique genevoise, dans l'émission TTC.

Un enseignant primaire genevois gagne près de 51% de plus que ses collègues valaisans et presque 60% de plus que les Neuchâtelois (voir tableau ci-dessous): "Je suis dégoûtée... Nous n'avons pas de reconnaissance", déplore de son côté Céline Guillaume-Gentil, enseignante débutante à Neuchâtel.

Laurent Vité appuie: "La situation à Neuchâtel est scandaleuse. C'est un métier qui devrait être extrêmement valorisé. La matière grise est la seule matière première en Suisse et donc on devrait investir dans l'école".

10'000 francs de salaire maximal

En outre, le salaire brut maximal à Neuchâtel, touché après 11 ans d'enseignement dans le premier cycle, s'élève à 7009 francs, soit 453 francs de moins que le salaire de départ à Genève. Dans ce canton, les maîtres d'école bénéficient d'un revenu de 10'090 francs après 22 ans de métier.

En termes de caisse de retraite, les Neuchâtelois sont également désavantagés puisqu'ils doivent payer 40% de la leur cotisation, alors que les Genevois n'en paient que quelque 33%.

Protestations prévues à Genève et Fribourg

Malgré leur situation confortable, les fonctionnaires Genevois ont prévu de faire la grève mardi contre les mesures d'économie prévues dans le budget 2016 du Conseil d'Etat: "Ce sont des mesures qui visent à prendre de l'argent dans la poche des fonctionnaires pour financer la réforme des entreprises en 2019. Ce n'est pas forcément aux enseignants de payer cette facture", explique Laurent Vité.

A Fribourg aussi, les enseignants s'apprêtent à manifester leur colère contre un plan d'économie en 2016 qui, selon eux, provoquera notamment une hausse du nombre d'élèves dans les classes et des diminutions de salaire.

En décembre dernier, quelque 2000 personnes, membres du personnel de la fonction publique, dont une majorité d'enseignants, avait manifesté devant le Château contre la limitation à 0,5% de la hausse salariale.

hend

Publié