Publié le 23 janvier 2015 à 08:43

Les fusions de communes ne génèrent pas vraiment d'économies

Les communes neuchâteloises du Val-de-Ruz avaient dit oui à la fusion le 27 novembre 2011.
Les fusions de communes ne génèrent pas vraiment d'économies Le Journal du matin / 1 min. / le 23 janvier 2015
Alors que la solution de la fusion est prônée pour l'avenir de nombreuses communes suisses, justifiée notamment par des économies, les rares études existantes montrent plutôt le contraire.

La promesse d'économies liées aux synergies prévues lors de fusion de communes n'est ni vérifiée ni démontrée. Alors qu'un nouveau projet est soumis dimanche aux citoyens de cinq communes du Nord vaudois, les rares enquêtes comparatives portant sur les coûts avant et après une fusion vont plutôt dans le sens opposé.

Professeur d'économie politique à l'Université de Lucerne, Christoph Schaltegger se dit étonné qu'on avance très souvent l'argument financier pour promouvoir la fusion alors que personne ne sait si c'est vraiment le cas. "Les quelques études réalisées jusqu'ici montrent plutôt tout le contraire: pas d'économies réalisées, voire une hausse des coûts", souligne-t-il. C'est ce qui a été observé dans le canton de Soleure, mais aussi en Allemagne et en Finlande notamment.

Restructurations insuffisantes

La fusion, pourtant, devrait logiquement mener à une baisse de coûts puisqu'elle permet de regrouper les services et supprimer les doublons. Mais "c'est assez difficile, après la fusion, de décider quelle administration est superflue, où on va couper", note Christoph Schaltegger. Du coup, les autorités sont tentées de garder toutes les structures existantes.

Pour un gain réel, il faudrait restructurer, aller jusqu'au bout du processus de fusion, selon Christoph Schaltegger. Ou alors afficher de manière transparente, avant le vote, que le but n'est pas de réaliser des économies.

Alexandra Richard/oang

Publié le 23 janvier 2015 à 08:43

Projets prochainement en votation

Dans le canton de Vaud, les communes de Chavornay, Essert-Pittet, Ependes, Corcelles-sur-Chavornay et Belmont-sur-Yverdon se prononcent sur leur fusion dimanche 25 janvier.

Mais une majorité de la Municipalité de Chavornay (quatre sur sept élus) a fait savoir son opposition, mettant de fait en péril le projet.

En Valais, l'union des communes de Chermignon, Montana, Randogne et Mollens sera soumise à leurs citoyens le 14 juin prochain.

En cas d'acceptation, la nouvelle commune, qui deviendrait la sixième plus grande du canton, entrerait en fonction le 1er janvier 2017. Le nom n'est pas encore choisi.