Modifié le 05 novembre 2013

La majorité du Jura bernois dirait non à un nouveau canton

Philippe Perrenoud.
Trois quarts des Jurassiens favorables à la création d’un nouveau canton Audio de l'info / 1 min. / le 05 novembre 2013
Le Jura bernois refuserait à 55% d’ouvrir la voie à la création d’un nouveau canton du Jura, révèle notre sondage en vue de la votation du 24 novembre. Quant au Jura, il s’acheminerait vers un large oui.

A moins de trois semaines de la votation sur la Question jurassienne, 55% des Jurassiens bernois se disent opposés au processus de création d’un nouveau canton, selon un sondage commandé par la RTS, Le Quotidien Jurassien et Le Journal du Jura publié mardi. Le oui ne récolte que 38% d’opinions favorables. Dans le Jura, le projet serait accepté à hauteur de 74%, contre 18% de non.

Moutier dit oui

Le Jura bernois risque toutefois de se trouver divisé au terme du scrutin. En effet, Moutier, chef-lieu et plus grande commune de la région, devrait accepter le projet (62% de oui, 31% de non), tandis que les autres localités devraient s’y opposer dans des proportions similaires (59% de non, 34% de oui). Dans le Jura, le oui est moins ferme en Ajoie (70%) que dans les deux autres districts (75 %).

Clivage gauche-droite

Un clivage gauche/droite semble aussi se dessiner dans le Jura bernois. Près de deux tiers des sondés se déclarant de droite ou du centre prévoient de voter non, alors que les sympathisants de gauche se prononcent majoritairement pour la création d’un nouveau canton (54% contre 39%). Avec 85% de oui, ceux-ci seraient aussi les plus fervents dans le canton du Jura.

Question de générations

Contrairement aux idées reçues, les personnes les plus âgées auraient une opinion moins tranchée que les autres générations, et ce dans chaque région. Dans le Jura bernois, chez les plus de 60 ans, partisans et opposants sont ainsi donnés à égalité (47%). Dans le canton du Jura, cette classe d’âge est, à l’inverse, la plus frileuse à s’engager pour le projet (62% de oui, contre 25% de non).

En ce qui concerne la différence entre les sexes, elle est relativement peu marquée, selon l’étude. Seul enseignement du sondage, les femmes semblent moins enclines que les hommes à voter en faveur d’un grand Jura, particulièrement dans le Jura bernois (34% de oui chez les femmes, contre 43% chez les hommes).

Forte participation attendue

Enfin, si l’on en croit le sondage, la participation devrait atteindre des sommets. Près de neuf sondés sur dix (87% dans le Jura, 89% dans le Jura bernois) affirment qu’ils participeront certainement ou probablement au vote le 24 novembre. Seuls faits notables: les 18-34 ans semblent un peu moins enthousiastes (82%), tandis que les citoyens de Moutier sont particulièrement zélés (93%).

L'après-24 novembre serré à Moutier

Les auteurs de l’étude ont également interrogé les habitants du Jura bernois sur l’après-24 novembre. A Moutier, en cas de vote négatif dans la région, partisans et opposants d’un rattachement de la ville au canton du Jura seraient au coude à coude (48% pour, 47% contre). Dans les autres communes, cette option serait largement refusée (71% contre, 23% pour).

Didier Kottelat

Publié le 05 novembre 2013 - Modifié le 05 novembre 2013

Le sondage et sa méthodologie

Le sondage, commandé par la RTS, Le Quotidien Jurassien et le Journal du Jura, a été réalisé par téléphone par l’institut lausannois MIS Trend.

L’étude a été menée du 2 au 12 octobre 2013 auprès de 1204 personnes de 18 ans et plus (603 Jurassiens, 601 Jurassiens bernois).

La marge d’erreur maximale est de +/- 2,8% sur l’ensemble de l’échantillon et de +/- 4% pour les résultats régionaux (Jura ou Jura bernois). La marque d’erreur est de +/-5,7% sur l’échantillon de la ville de Moutier et du district de Porrentruy.

Une question complexe jugée bien comprise

A côté des intentions de vote des sondés, l'enquête a tenté de cerner leur niveau de compréhension de l’objet du scrutin.

Au total, quatre personnes interrogées sur cinq se disent très bien ou plutôt bien informées. Sur ce point, la différence entre le Jura et le Jura bernois est infime. Dans les deux régions, la question posée est jugée claire par une grande majorité des personnes interrogées (73%). Seul le district de Porrentruy est un peu à la traîne (62%).

Trois quarts des sondés sont ainsi conscients qu'un double oui dans les urnes signifierait le début d’un processus et non pas un vote définitif pour un nouveau canton. Cette part grimpe à 90% chez les personnes de formation supérieure. A l'opposé, elle est significativement plus faible chez les plus de 60 ans (66%) et les personnes peu qualifiées (63%).

Les opinions sont plus hétéroclites quant aux conséquences précises d’un oui dans les deux régions. Ainsi, seuls 37% des sondés pensent que cela ouvrirait la voie à la création d’un nouveau canton. La différence de perception est nette entre le Jura (42%) et le Jura bernois (30%).

Pour 42% des sondés, un double oui conduirait au rattachement du Jura bernois au canton du Jura. Là encore, la différence est significative entre les citoyens jurassiens (38%) et leurs voisins du Sud (47%).

Un problème de compréhension se pose aussi puisque onze pour cent des personnes interrogées pensent qu'un tel vote ouvrirait la voie à la création de deux demi-cantons. Enfin, 10% des sondés ne savent pas.