Modifié le 13 mars 2013 à 19:26

Stadler Rail remporte un gros contrat pour des trains régionaux romands

La ligne du MOB au-dessus de Montreux.
La ligne du MOB est l'une des quatre qui bénéficiera des nouvelles rames de Stadler Rail. [Martin Ruetschi - Keystone]
La construction de 17 nouvelles rames sur voies métriques pour des lignes régionales romandes sera assurée par l'entreprise thurgovienne Stadler Rail, pour un montant de 231,5 millions.

Stadler Rail a remporté un contrat à 231,5 millions de francs pour construire 17 rames de train sur voies métriques, des voies étroites destinées aux petites lignes. Cet équipement est destiné à quatre compagnies de transports romandes, ont indiqué mercredi à Lausanne ces sociétés.

Les premiers véhicules seront livrés début 2015. Le fabricant thurgovien de matériel roulant a été choisi sur la base d'un cahier des charges très strict. "Il était meilleur sur tous les critères", selon les quatre entreprises.

Le Montreux Oberland Bernois (MOB), Morges-Bière-Cossonay (MBC), Travys à Yverdon les Bains et les Transports publics fribourgeois (TPF) sont concernés par cette commande.

ats/vkiss

Publié le 13 mars 2013 à 12:30 - Modifié le 13 mars 2013 à 19:26

Vaud défend Bombardier

Le Conseil d'Etat vaudois se mobilise pour Bombardier, le candidat malheureux au contrat romand de 231,5 millions de francs pour de nouvelles rames de trains. Il a obtenu de l'entreprise Stadler, qui a remporté le marché, la garantie qu'elle investisse 40 millions dans le tissu industriel vaudois entre 2013 et 2020.

Sur ce montant, environ 10 millions iront au site de Bombardier à Villeneuve (VD). "De mémoire de Conseil d'Etat, c'est la première fois que Vaud négocie de la sous-traitance au profit d'entreprises. Cela illustre la volonté du Conseil d'Etat de se battre pour le tissu industriel vaudois", a relevé le conseiller d'Etat Philippe Leuba.

Le site de Bombardier à Villeneuve fait actuellement face à une rupture de charge, en attendant la réalisation du contrat à deux milliards signé avec les CFF et qui devrait occuper l'entreprise dès la deuxième moitié de 2014. Actuellement, 56 des 200 employés du site sont au chômage technique.