Modifié le 18 février 2013 à 15:16

La hausse de la cadence des cars postaux a fait doubler leur fréquentation

Les économies menacent des lignes régional de cars postaux.
CarPostal utilise les études de l'EPFL pour développer au mieux son offre. [olivier maire / keystone]
Une cadence plus soutenue des cars postaux a provoqué une hausse de la fréquentation sur les lignes. Elle a même doublé dans plusieurs régions, selon une étude de l'EPFL.

Une hausse de la cadence des cars postaux signifie très souvent un doublement de leur fréquentation, indique l'EPFL à la suite d'une étude demandée par CarPostal. Les espaces métropolitains avec lignes sur des gares ferroviaires ont connu la plus forte croissance.

L'étude porte sur les années 2007-2010 et couvre 147 lignes des trois régions desservies par CarPostal, le Valais, l'Est et le Nord de la Suisse, explique lundi l'EPFL à propos des recherches réalisées par son Centre de Transport.

Fréquentation en hausse de 7,3% en moyenne

Pour l'ensemble des lignes analysées, une augmentation de l'offre de 7,5% entraîne une hausse de fréquentation de près de 15%.

Durant les années 2007-2010, le nombre total de voyageurs-kilomètres de CarPostal a augmenté de 7,3%.

Cette analyse est la dernière étape d'une collaboration de quatre ans entre le Centre de transport de l'EPFL (TraCE) et CarPostal. L'ensemble sert d'outil d'analyse pour le développement de l'entreprise, note le communiqué de EPFL.

ats/moha

Publié le 18 février 2013 à 14:57 - Modifié le 18 février 2013 à 15:16

Gare et centre-ville, facteurs d'attraction

Les espaces métropolitains avec des lignes de rabattement sur des gares ferroviaires et des lignes aboutissant à des centres ont affiché les plus fortes progressions, respectivement 15% et 19%.

Ces régions offrent le plus grand potentiel de croissance pour les cars postaux, avec les lignes touristiques, pour autant qu'elles soient bien connectées au rail.

Les trajets très utilisés et dont l'offre pourrait être étendue en soirée peuvent générer également de la croissance.