Modifié

L'augmentation des pannes sèches sur le Léman met les sauveteurs en péril

La hausse du prix des carburants n'épargne pas les navigateurs du lac Léman [RTS]
La hausse du prix des carburants n'épargne pas les navigateurs du lac Léman / 19h30 / 1 min. / le 13 août 2022
Sur le lac Léman, les pannes sèches de bateau sont en augmentation: la hausse des prix du carburant pousse certains plaisanciers à remplir leur réservoir avec parcimonie. Les sauveteurs en font les frais, avec une augmentation du nombre et du coût des interventions.

Dans le secteur de Genève, il y a "à peu près une panne tous les deux jours", explique Vittorio Foglia, président de la société Sauvetage de Genève, dans le 19h30. "On doit répondre présent du mieux qu'on peut."

Ce type de dépannage est gratuit pour les navigateurs imprudents. Les sauveteurs ne peuvent donc compter que sur d'éventuels dons pour couvrir les frais liés à l'opération. Leurs charges liées à l’essence sont ainsi passées d’environ 4000 à 8000 francs.

"On va faire au mieux, et si on y arrive vraiment pas, on fera un appel à l’aide. Cette fois, ce seront les sauveteurs qui seront sauvés... de la facture d’essence qui nous attend à la fin de l’année!", souligne Vittorio Foglia.

Les clubs nautiques également affectés

Du côté des clubs nautiques, on fait également grise mine. Le prix du litre de carburant à la pompe dépasse 2,50 francs. Du jamais vu pour le club de Versoix (GE), qui a dû adapter ses prix pour éviter de couler. La session de ski nautique de 10 minutes est passée de 40 à 45 francs.

Cet été, les frais de carburant ont coûté 10'000 francs de plus que l’année passée au club nautique. "On a été obligé d’augmenter les tarifs, mais on ne peut pas trop les augmenter non plus parce que c’est difficile pour les gens aussi", explique Jenny Liard, responsable du ski nautique au club nautique de Versoix.

Difficile de savoir quand cette situation inédite s’atténuera. En attendant la baisse des coûts, certains préfèrent naviguer à la force de leurs bras.

>> Lire aussi: "Je préfère mettre de l'essence dans mon tracteur qu'aller en soirée"

Gianluca Agosta/jop

Publié Modifié