Modifié

Le bétail souffre des fortes chaleurs et produit moins de lait

Le bétail souffre des fortes chaleurs et produit moins de lait [Salvatore Di Nolfi - KEYSTONE]
La canicule frappe aussi les animaux, dont les vaches laitières, avec des conséquences économiques à la clef / La Matinale / 1 min. / jeudi à 06:22
Les vaches laitières et autres bovins souffrent de la canicule. L'herbe se dessèche, la production de lait s'assèche. À l'alpage ou en plaine, les éleveurs et éleveuses font face à des choix douloureux pour limiter les pertes économiques.

Lara Graf élève une vingtaine de bufflonnes laitières dans la commune de Bernex, à Genève. "La chaleur, c'est comme pour nous: ça fatigue et prend beaucoup d'énergie", explique-t-elle.

Cette torpeur influence la lactation. "Elles essaient de trouver des coins plus à l'ombre et au frais, où il y a de l'herbe. Ce qui fait qu'elles bougent et mangent beaucoup moins. La production laitière est aussi liée à l'alimentation. Notre production est tout de suite impactée", détaille l'éleveuse.

Les paysans sont à pied d'œuvre pour rafraîchir leur bétail. Certains ont équipé leurs étables de ventilateurs et brumisateurs. Les prés à l'ombre sont privilégiés pour installer les troupeaux. Mais ces mesures ne suffisent pas toujours. Certaines fermes ont déjà perdu 15% de leur production de lait.

Sec pâturage

À l'alpage, il fait un peu plus frais, mais il y a autre problème: l'herbe est sèche. Didier Pradervand, éleveur à Céligny (GE), envisage de redescendre ses 80 vaches laitières. Mais ce rapatriement aurait des conséquences économiques, explique-t-il.

"Nous sommes dans un alpage où on produit du lait pour la fromagerie, pour du gruyère. C'est un lait qui est mieux rémunéré que du lait d'industrie qu'on produit quand on est en plaine", indique-t-il.

"Nous restons à l'alpage un maximum. On espère un peu d'eau. Vu comme c'est parti, je pense qu'on va devoir de toute façon redescendre avant une date normale", présage l'agriculteur.

Et les problèmes ne s'arrêtent pas là. Une fois de retour en plaine, c'est le fourrage qui manque... Les éleveurs et éleveuses doivent piocher dans les stocks d'hiver et acheter à l'étranger, où les prix montent. Certains sont réduits à la vente d'une partie de leur troupeau.

Anouk Pernet/ami

Publié Modifié

Fribourg appelle l'armée à la rescousse

Le canton de Fribourg a demandé l'appui de l'armée pour alimenter certains alpages non accessibles par la route afin de faire face à la pénurie d'eau dans les Préalpes fribourgeoises. Les premiers transports d’eau pourraient avoir lieu avant la fin de la semaine, pour une période pouvant aller jusqu’au 31 août.

Proposée par l'Organe cantonal de conduite (OCC), cette requête d'appui subsidiaire du Conseil d'Etat fribourgeois demande concrètement à l'armée d’approvisionner par hélicoptères certains alpages. Cette aide viendrait s'ajouter en complément des moyens cantonaux publics et privés déjà engagés et qui ne suffisent plus à couvrir l’ensemble des besoins selon le communiqué de la Chancellerie d'Etat.

ats