Modifié

Les cantons prennent des mesures face au risque de grippe aviaire

Interdiction de sortie pour certains élevages au bord des cours d'eau. [Laurent Gilliéron - Keystone]
Un aviculteur de Fribourg face à la grippe aviaire, reportage / La Matinale / 1 min. / le 30 novembre 2021
Dans le sillage des mesures décrétées au niveau fédéral, les cantons romands renforcent leurs mesures pour prévenir la propagation de la grippe aviaire au sein des élevages domestiques. L'objectif est d'éviter les contacts entre les oiseaux sauvages et les volailles.

Après Fribourg, Vaud et le Valais, Neuchâtel et Genève ont annoncé à leur tour lundi des mesures préventives à proximité des plans d'eau.

L’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) avait pris vendredi des mesures de protection à l’échelle nationale, après le cas de grippe aviaire (virus H5N1) détecté en début de semaine dernière dans le canton de Zurich.

Elles concernent notamment la sortie des volatiles le long de tous les grands cours d'eau du Plateau, là où se trouvent les oiseaux migrateurs. L'objectif est d'éviter tout contact entre eux et les volailles domestiques ou les élevages.

>> L'interview du vétérinaire cantonal vaudois Giovanni Peduto:

Le vétérinaire cantonal vaudois Giovanni Peduto. [Christian Brun - Keystone]Christian Brun - Keystone
Giovanni Peduto, véto canto VD à propos de la grippe aviaire / La Matinale / 1 min. / le 30 novembre 2021

Les poules, les oies et autres volailles domestiques ne peuvent sortir qu’à certaines conditions, par exemple dans des locaux extérieurs munis d’un toit étanche et de parois latérales grillagées ou sur des aires de sortie protégées des oiseaux sauvages par un filet, a détaillé l'OSAV dans un communiqué. Les oies et oiseaux coureurs devront par ailleurs être détenus séparément des poules.

Ces mesures resteront en vigueur au moins jusqu’à la fin du mois de janvier prochain. Les paiements directs pour les systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux continueront d’être versés, a précisé l'OSAV.

Oiseaux sauvages davantage surveillés

Par ailleurs, les oiseaux sauvages, responsables de l’introduction de l’épizootie en Suisse, seront davantage surveillés. Depuis lundi, des régions de contrôle et d’observation d’une largeur respectivement de 1 km et 3 km ont été instituées le long de tous les grands cours d’eau du Plateau suisse.

L'OSAV rappelle que cette souche virale n’est pas transmissible à l’être humain et que la consommation d'oeuf ou de volaille est sans risque.

Les élevages " de loisir" aussi concernés

Et si les professionnels sont appelés à la vigilance, cʹest également le cas pour les élevages dits "de loisir".

Camille Luyet, médecin vétérinaire, responsable de la gestion dʹévénement et de crise à lʹOffice fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), a détaillé les mesures pour les éleveuses et éleveurs amateurs dans l'émission On en parle.

>> L'interview de Camille Luyet dans On en parle:

Des poules pondeuses au poulailler avicole Delacuisine, le 16 novembre 2016, à Daillens. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Grippe aviaire: des mesures également pour les élevages de loisir / On en parle / 10 min. / le 30 novembre 2021

ats/oang

Publié Modifié

Premier foyer dans un élevage commercial en France

Déjà repérée parmi les oiseaux sauvages et dans quelques basses-cours françaises, la grippe aviaire a touché un premier élevage commercial de poules pondeuses dans le nord du pays le 26 novembre.

La France avait déjà déclaré depuis la fin de l'été quatre cas de grippe aviaire parmi les oiseaux sauvages et trois cas dans des basses-cours sur le territoire métropolitain.

En Europe, 26 pays sont actuellement touchés par les virus influenza, concernant plus de 400 foyers en élevage et 600 cas en faune sauvage.

Foyers dans plus de 40 pays

La grippe aviaire est présente en Europe, en Asie et en Afrique. Des foyers ont été détectés dans plus de 40 pays chez des volailles et des oiseaux sauvages depuis mai dernier, et ils "se multiplient", a alerté l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

Elle appelle les pays à "intensifier leurs efforts de surveillance et à mettre en oeuvre des mesures de biosécurité strictes", dans cette "période à haut risque, d'octobre à avril".