Modifié

Virginie Heyer: "Moutier bénéficie de nombreux avantages en tant que capitale du Jura bernois"

L'invitée de La Matinale (vidéo) - Virginie Heyer, présidente du Conseil du Jura bernois [RTS]
L'invitée de La Matinale (vidéo) - Virginie Heyer, présidente du Conseil du Jura bernois / La Matinale / 10 min. / le 10 mars 2021
À un peu plus de deux semaines de la répétition du vote sur l'appartenance cantonale de Moutier, la tension monte dans les deux camps, qui ne veulent faire cette fois-ci aucun faux pas. Mercredi dans La Matinale, l'élue bernoise Virginie Heyer estime que c'est surtout aux habitants et habitantes de Moutier de prendre en main leur destin.

Rester Bernois ou devenir Jurassiens: voilà le choix proposé à la population de Moutier. Un choix toujours pas réalisé après des décennies de lutte et de scrutins.

Le 28 mars prochain aura lieu la réplique du vote du 18 juin 2017, définitivement annulé en 2019 pour des soupçons de fraude électorale. A l'époque, il s'était soldé par une victoire du Oui au rattachement au Jura par 137 voix d'écart (51,7%). Ainsi, à un peu plus de deux semaines du vote, la tension monte autour de ce scrutin sous haute surveillance de la Confédération, qui devrait faire office, enfin, d'épilogue.

>> Lire: Les bulletins de vote distribués sous haute surveillance à Moutier avant le 28 mars

Députée au Grand Conseil bernois, présidente du Conseil du Jura bernois et maire de la commune de Perrefitte, voisine de Moutier, Virginie Heyer appartient au camp qui milite pour le maintien de la commune dans le canton de Berne.

"Capitale" d'une grande région bilingue

Pour elle, "son" Jura bernois est "une magnifique région qui dispose d'un statut particulier au sein du canton de Berne". "Nous pouvons être fiers de faire partie d'un grand canton bilingue qui donne une belle place à sa minorité francophone, et qui lui permet de rayonner", déclare-t-elle mercredi dans La Matinale.

Pour l'élue aux multiples casquettes, il y a des sentimentaux dans les deux camps. Mais "pour le camp séparatiste, rejoindre le canton du Jura c'est surtout une histoire de coeur et d'émotion, c'est lié au passé". À l'inverse, "dans le camp pro-bernois on regarde plutôt vers l'avenir, avec les atouts et le potentiel de notre région", estime-t-elle.

Selon elle, Moutier possède actuellement un statut de capitale du Jura bernois, et c'est à ce titre qu'elle bénéficie de plusieurs avantages, et qu'elle peut être "un pôle administratif, culturel, ainsi que pour la formation et la santé".

>> Lire aussi: Retour sur un siècle de question jurassienne avant le vote de Moutier

Une campagne "plus terne"

Dans ce combat sensible, Virginie Heyer revendique son droit, en tant qu'élue locale, d'exprimer ouvertement sa position. Elle constate cependant que la campagne est cette fois-ci "un petit peu plus terne", notamment parce que "tout a été dit en 2017" et en raison de la pandémie. "Mais c'est surtout aux habitants de Moutier de prendre leur destin en main, de s'exprimer et d'argumenter."

Propos recueillis par David Berger

Texte web: jop

Pour défendre le point de vue pro-jurassien, le directeur de campagne de Moutier Ville jurassienne Cédric Erard sera l'invité de La Matinale le vendredi 12 mars.

>> Lire: Cédric Erard: "Voter Oui est la seule issue possible pour Moutier"

Publié Modifié

L'argument principal de Virginie Heyer

"Moutier a tout entre les mains. Il faut sortir de cet état d'esprit négatif qui prévaut à Moutier depuis des années, et qui fait croire que la population ne se sent pas bien dans le canton de Berne."