Modifié le 28 décembre 2019 à 19:53

Pour Charles Morerod, "toute cette affaire ressemble à du chantage"

Mgr Charles Morerod.
Accusations de harcèlement sexuel au sein de l'Eglise catholique: réaction de Charles Morerod Forum / 7 min. / le 28 décembre 2019
Alors qu'une accusation de harcèlement sexuel présumé touche l'Eglise catholique en Suisse romande, Charles Morerod, évêque du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, estime dans l'émission Forum que "cette affaire ressemble à du chantage".

Un prêtre accuse un autre homme d'Eglise de Suisse romande de l'avoir harcelé sexuellement entre 2008 et 2011, a révélé samedi le quotidien alémanique "Tages-Anzeiger" et d'autres publications de Tamedia.

Interrogé samedi dans l'émission Forum, Mgr Charles Morerod, évêque du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, a tenu à remettre en perspective cette affaire, évoquant un chantage à son encontre.

"Il y a une procédure canonique contre le prêtre accusateur à cause de la grande insatisfaction de ses paroissiens qui se plaignent auprès de moi depuis longtemps, il sait qu'il a une procédure contre lui". La lettre qu'il a envoyée évoquant des cas de harcèlement "consiste en une forme de chantage", estime Mgr Morerod.

Mais "je suis obligé de prendre au sérieux ce qu'on me dit", ajoute-t-il. "Par conséquent, je lui ai conseillé de contacter la police, ce qu'il n'a pas fait. Je suis donc allé moi-même à la police vaudoise le 22 novembre. Après enquête, la police a conclu qu'il n'y avait aucune raison de poursuivre". 

Enquête interne

Même si du point de vue de la police il n'y a rien, "j'ai le devoir d'ouvrir une enquête interne", précise Mgr Morerod. "Je veux qu'elle soit indépendante, je ne l'ai donc pas confiée à des personnes de l'église mais à un avocat genevois non catholique".

"Il y a deux versions complètement différentes dans cette affaire, je crois qu'il y a un conflit de personnes. D'une manière ou d'une autre, il y a un harcèlement mais je ne sais pas dans quel sens il s'exerce", ajoute-t-il, précisant que toutes les personnes incriminées avaient pris contact avec un avocat.

>> Lire: Une affaire de harcèlement sexuel présumé ébranle le diocèse de Fribourg

lan

Publié le 28 décembre 2019 à 19:46 - Modifié le 28 décembre 2019 à 19:53