Modifié le 09 décembre 2019 à 09:31

Les voyageurs du Léman Express face à un véritable casse-tête tarifaire

Une rame FLIRT du Léman Express à la gare CFF CEVA de Lancy Pont-Rouge.
Les voyageurs du Léman Express face à un véritable casse-tête tarifaire La Matinale / 1 min. / le 09 décembre 2019
Le Léman Express sera inauguré officiellement jeudi, avant sa mise en service dimanche avec le nouvel horaire. Ce RER transfrontalier promet un casse-tête tarifaire avec près de 200'000 prix différents.

Pour calculer le montant d'un ticket, il faudra prendre en compte les zones traversées sur Vaud, Genève et les trois départements de France voisine, les kilomètres parcourus, mais aussi les rabais usuels existants, comme les abonnements des Transports publics genevois (TPG) ou tout rabais valable en France.

Dans certains cas, les clients devront donc combiner différents billets pour un seul voyage.

Un système qui devrait être "apprivoisé rapidement"

Rémy Burri, responsable de la communauté tarifaire Unireso, relativise cependant la difficulté et n'imagine pas qu'elle puisse décourager les futurs utilisateurs. "Une fois que le client a compris tous les avantages qu'il a en termes d'horaires, de rapidité, d'efficacité et de confort, et qu'il aura trouvé le système de vente qui lui convient le mieux, il aura apprivoisé tout ça assez rapidement", assure-t-il lundi dans La Matinale.

"Il faut voir que le client, souvent, n'a qu'une problématique de transport. Il va d'un point A à un point B et les 200'000 possibilités qu'offre le tarif ne l'intéressent pas forcément."

Pendulaires vaudois grands perdants

Les pendulaires vaudois, eux, sont les grands perdants de la nouvelle offre. Alors que les communes entre Nyon (VD) et Versoix (GE) disposaient jusqu'à présent d'un abonnement spécial, elles ne feront pas partie du nouveau réseau tarifaire.

"Ce n'était pas une volonté d'exclure la communauté vaudoise", explique la responsable communication de la communauté tarifaire Léman Pass Sylvie Leger. "Mobilis, en l'occurrence, n'a pas souhaité rejoindre la communauté tarifaire Léman Pass. Du coup, effectivement, il se peut que ça devienne plus cher. La raison en est que sur Unireso, il y avait une grosse participation cantonale genevoise qu'il n'y a plus maintenant. Donc les tarifs sont du tarif national."

Pour compenser, le canton de Vaud distribuera des bons d'achat pour les acquéreurs d'un abonnement Léman Pass durant les trois premières années d'exploitation.

"Un plus"

Le fait d'avoir autant de tarifs différents est "un plus", selon Mario Werren, directeur général de Lémanis, société franco-suisse qui gère le Léman Express. "Cela permet d'avoir son titre de transport sur mesure. Il y a beaucoup plus de choix pour le voyageur. C'est aussi la digitalisation qui permet d'avoir des tarifs de ce type, pour trouver la solution la plus favorable et la moins chère pour chacun", estime-t-il lundi dans La Matinale.

Malgré la grève qui secoue la SNCF et la France en ce moment, Mario Werren se réjouit: "La mise en service du Léman Express n'est pas menacée, même s'il pourrait y avoir des perturbations côté français dimanche. Nous n'avons probablement qu'une fois par siècle la chance d'inaugurer un tel réseau ferroviaire. C'est un grand moment!"

>> L'interview de Mario Werren dans La Matinale:

L'invité de La Matinale (vidéo) - Mario Werren, directeur de Lémanis SA
L'invité-e de La Matinale - Publié le 09 décembre 2019
 

Gabriela Cabré/oang

Publié le 09 décembre 2019 à 07:13 - Modifié le 09 décembre 2019 à 09:31

Le CEVA, colonne vertébrale du Léman Express

Déployé sur six lignes, le Léman Express circulera dès le 15 décembre et reliera 45 gares sur 230 km, du canton de Vaud à la France voisine.

Sa mise en place n'a été rendue possible que grâce à la construction du CEVA, un tronçon ferroviaire d'une longueur de 16 kilomètres, qui permet de relier les deux rives du canton de Genève en connectant la gare d'Annemasse, en France voisine, à celle de Cornavin. Cette ligne est la colonne vertébrale du RER ouest lémanique.

D'après les prévisions de Genève, le plus grand réseau transfrontalier d'Europe devrait être utilisé par 50'000 personnes par jour dès sa mise en place et permettre ainsi une diminution de 12 à 14% du trafic routier dans un canton qui détient le record des bouchons au niveau suisse.