Publié

La tendance est à ne plus ramasser les feuilles mortes dans les jardins

Garnir le pieds des arbres. [Xavier Bloch - RTS]
Ramasser les feuilles mortes dans son jardin ne serait pas indispensable / Le Journal horaire / 1 min. / le 11 novembre 2019
Ramasser les feuilles mortes dans les jardins, voire dans les parcs, ne serait pas toujours indispensable selon un organisme canadien. En Suisse aussi, cette idée d'un retour à des pratiques plus naturelles fait son chemin.

Conservation de la nature Canada (CNC) a lancé cet automne un encouragement à ne pas ramasser les feuilles mortes dans les jardins. C'est, selon cet organisme à but non lucratif, un petit geste de conservation qui peut favoriser la biodiversité de bien des manières et profite notamment aux insectes.

Possible sur les sols vivants

En Suisse aussi, l'idée fait son chemin. "Dans un jardin ou dans un parc public, c'est tout à fait possible de laisser les feuilles tombées au sol, mais pour autant que le sol soit vivant" précise Pierre-Yves Bovigny, maître d'enseignement à la Haute école du paysage, d'ingénierie et d'architecture à Genève, lundi dans La Matinale.

Un sol vivant est un sol fertile, comme dans une forêt, qui réunit les conditions pour que les feuilles se décomposent au sol grâce à une vie microbienne prospère. Mais cette fertilité n'est pas assurée partout et notamment dans les parcs publics.

Revenir à des pratiques plus naturelles

"On est dans une tendance générale de moins entretenir les jardins - privés ou publics", poursuit Pierre-Yves Bovigny. Il s'agit de limiter les produits phytosanitaires, mais aussi de changer les pratiques: "On essaie de revenir à des pratiques les plus naturelles possible, de reproduire le cycle naturel que l'on connaît".

Ne plus ramasser les feuilles part de la même réflexion, celle de reproduire ces cycles naturels, de se rapprocher au plus près de ce que la nature fait naturellement dans une forêt. "Donc on est en droit de s'attendre à ce que cela se développe dans nos parcs et jardins en Suisse romande."

La tendance générale est donc de laisser un maximum de feuilles autour des arbres pour créer de l'humus - mais pas forcément ailleurs, pour des raisons esthétiques.

Pierre-Etienne Joye/oang

Publié