Modifié le 17 septembre 2019 à 22:15

Des cours en streaming pour éviter l'amphi bondé à l'université

Les étudiants toujours plus nombreux en Suisse romande: augmentation de 21% en 10 ans.
Les étudiants toujours plus nombreux en Suisse romande: augmentation de 21% en 10 ans. 19h30 / 2 min. / le 17 septembre 2019
L'Université de Genève étend cette année son offre de cours retransmis en ligne en direct. Un dispositif créé afin de désengorger les auditoires alors que les hautes écoles romandes connaissent une hausse du nombre d'étudiants.

Suivre un cours d'université confortablement installé sur son canapé, c'est désormais possible pour les enseignements donnés dans plusieurs auditoires de l'Université de Genève (UNIGE). Après avoir testé le concept pendant trois ans, l'alma mater genevoise a décidé d'étendre son offre de cours diffusés en direct et en streaming à une douzaine de salles à terme.

A l'origine, l'UNIGE a mis en place ce dispositif pour désemplir ses auditoires bondés. Car ces dernières années, l'institution genevoise a connu une hausse du nombre d'étudiants inscrits. Pour ce semestre d'automne, quelque 18'000 étudiants sont attendus, selon une estimation de l'Université. Soit une augmentation d'environ 5% par rapport à l'an dernier.

Une tendance à la hausse que connaissent plusieurs universités romandes. Ces dix dernières années, leurs bancs se sont remplis de 21% d'étudiants en plus.

>> Retrouver aussi les chiffres de la rentrée 2019-2020 dans le 19h30:

Rentrée universitaire: près de 60'000 étudiants reprennent les cours dans les quatre universités de Suisse romande ou à l'EPFL
19h30 - Publié le 16 septembre 2019

Une offre utilisée... aussi dans l'amphi

Alors que l'affluence des étudiants ne faiblit pas en Suisse romande, l'UNIGE fait figure de pionnière avec son offre de live streaming. L'Université de Lausanne possède par exemple la technologie pour de telles retransmissions, mais n'a pas mis en place de manière systématique des cours en streaming. Quant à l'EPFL, elle y réfléchit et a procédé à des tests l'an dernier.

Derrière cette idée à Genève, une volonté de proposer aux étudiants un confort supplémentaire. Mais grâce à une étude sur les impacts des cours diffusés en direct, le professeur Jérémy Lucchetti et ses collègues se sont rendus compte que les étudiants n'utilisaient le dispositif que ponctuellement, quand ils sont malades ou en déplacement.

"Cela ne résout pas vraiment le problème de place dans les auditoires", résume au 19h30 Jérémy Lucchetti. "Nous avons par ailleurs noté que certains étudiants, notamment ceux qui ont des problèmes de concentration, utilisent le live streaming pour s'isoler dans l'auditoire et avoir un son de meilleure qualité", ajoute le professeur d'économie. Au final, les retours des étudiants sont quasi unanimement positifs, précise-t-il.

Des effets variables sur les résultats des étudiants

En moyenne, 15 à 20% des étudiants utilisent l'offre de cours streamés. Avec des effets variables sur leurs résultats, selon l'étude menée par l'UNIGE lors de la phase pilote. "Les meilleurs étudiants bénéficient du streaming", explique Jérémy Lucchetti. Ils ne sont en effet pas pénalisés lorsqu'ils ont un empêchement et n'ont pas pu se rendre en cours.

"Par contre, les étudiants qui font face à des problèmes pour travailler en autonomie ont tendance à avoir des résultats plus faibles quand ils utilisent le service", précise le chercheur.

Face à ce constat, le professeur appelle les étudiants qui connaissent des difficultés à venir en cours afin de profiter de la présence de leurs camarades et de l'interaction avec leur enseignant.

Fanny Moille et Tamara Muncanovic

Publié le 17 septembre 2019 à 20:55 - Modifié le 17 septembre 2019 à 22:15

La rentrée universitaire romande en chiffres

Tout comme l'Université de Genève, l'Université de Lausanne connaît cette année une légère hausse du nombre d'étudiants inscrits. Ils seront au total 15'600 en 2019-2020, selon une estimation provisoire. Pour toutes les institutions, les chiffres définitifs seront disponibles après le paiement des taxes universitaires par les étudiants.

Quant à l'Université de Neuchâtel, le nombre de nouveaux étudiants est resté stable. La haute école compte au total plus de 4000 étudiants. Une stabilité également observée à l'Université de Fribourg.