Modifié

Cacophonie des cantons sur le gel des antennes de téléphonie 5G

Le Jura lève son moratoire sur les antennes 5G, sans attendre le rapport de la Confédération [RTS]
Le Jura lève son moratoire sur les antennes 5G, sans attendre le rapport de la Confédération / Forum (vidéo) / 2 min. / le 28 juin 2019
Le canton du Jura a annoncé mercredi à ses députés qu'il renonçait au gel des constructions des antennes 5G après avoir reçu des précisions de la Confédération. Vaud et Genève, qui ont obtenu les mêmes informations, réagissent différemment.

La 5G continue de susciter les polémiques et les cantons avancent en ordre dispersé. Vaud, Genève et le Jura ont reçu les mêmes explications dans un courrier envoyé par Berne. Mais cette missive n'a pas eu les mêmes effets dans chacune des régions concernées, a appris la RTS.

Du côté de Genève, on ne change rien. Le conseiller d'Etat Antonio Hodgers maintient le gel des procédures pour les nouvelles antennes. Car selon ses mots, "il n'y a rien de nouveau" dans le courrier envoyé la semaine dernière par l'Office fédéral de l'environnement. Le canton de Genève avait décidé fin avril de suspendre les procédures, suivant ainsi les cantons de Vaud et du Jura.

"No comment"

A Lausanne, aucun commentaire n'a été fait. Le Département de l'environnement de Jacqueline de Quattro fait savoir que c'est le Conseil d'Etat qui prendra la décision, probablement mercredi prochain, a appris la RTS. Certaines sources estiment que le canton de Vaud pourrait suivre le Jura, en ouvrant la porte aux opérateurs.

Le courrier envoyé par l’Office fédéral de l’environnement aux trois cantons concernés fait trois pages. Il dit notamment que "le déploiement actuel de la 5G dans le respect des valeurs limites préventives en vigueur garantit donc que le rayonnement ne dépasse pas ces valeurs". Le ministre jurassien de l’environnement David Eray estime qu’il s’agit de "garanties claires" de la part de Berne (voir encadré). Pour des élus engagés contre la 5G auquel la RTS a soumis ce courrier, il ne contient rien de rassurant. Pas de quoi justifier un changement de pratique, selon eux.

Principe de précaution

Ces élus défendent le principe de précaution: il ne faut rien décider tant que le fameux rapport de la Confédération sur le développement et les risques de la 5G n'est pas sorti. Un rapport également attendu par les autorités. Sa publication était prévue avant l'été, mais elle a été repoussée à la fin de l'année.

Le gel ne porte que sur la construction de nouvelles antennes. La 5G existe en effet déjà en Suisse. Les opérateurs peuvent déjà convertir, sans autorisation, une antenne existante 4G en antenne 5G. Par ailleurs, la compétence et les concessions en matière de téléphonie relèvent de la Confédération. Les cantons ne peuvent que "temporiser" en agissant sur les permis de construire.

Martine Clerc/gma

Publié Modifié

Appréciations différentes

Interrogé dans Forum vendredi, le ministre jurassien de l'environnement, David Eray, justifie la décision de l'exécutif. "Nous avions écrit, avec les cantons de Vaud et Genève, au département de Simonetta Sommaruga pour avoir des précisions. Finalement, dans le courrier, nous observons que le DETEC garantit que le rayonnement des antennes déployées ne dépasse pas les limites du rayonnement actuel. Ceci nous permet de ne pas continuer la suspension des autorisations que nous avions mises en place", explique-t-il.

Le conseiller d'Etat genevois Antonio Hodgers estime pour sa part que l'Office fédéral de l'environnement rappelle les normes existantes. "Notre appréciation de ce courrier est différente. Le rapport est décalé à six mois, ce qui est plutôt inquiétant. Le principe de précaution, pour nous, commande d'avoir d'abord le rapport avant de donner les autorisations, donc nous attendrons la fin de l'année", assure-t-il.

>> Les interviews de David Eray et d'Antonio Hodgers dans Forum:

Antennes 5G: interview de David Eray [RTS]
Antennes 5G: interview de David Eray / Forum (vidéo) / 3 min. / le 28 juin 2019