Modifié lundi à 14:51

La récolte des cerises compromise par le gel en Suisse alémanique

Les vergers ont souffert du gel, notamment, dans le canton de Zoug.
La récolte des cerises compromise par le gel en Suisse alémanique Le 12h30 / 1 min. / lundi à 12:36
Le froid des derniers jours risque de compromettre fortement la récolte des cerises en Suisse alémanique. En Valais, en revanche, les interventions ont permis de limiter les dégâts dus au gel.

La météo glaciale a surpris des cerisiers en pleine floraison. Les cultivateurs ont tenté tant bien que mal de limiter les dégâts, mais il y en a eu dans les vergers du canton de Zoug, du Fricktal argovien ou dans le Jura bâlois et soleurois notamment.

Absence de pollinisation

Et il n'y a pas que les fleurs gelées qui inquiètent. "Avec les cerises, nous avons deux sortes de problèmes", explique Thomas Schwizer, ingénieur en arboriculture fruitière à l'Agroscope, dans une interview à SRF: "d’abord la pollinisation, qui est l’affaire des abeilles. Mais par ce froid, elles ne volent pas du tout. Et à supposer qu’elles volent et que la pollinisation puisse se faire, reste la fertilisation, qui a aussi besoin d’une certaine température. Actuellement nous ne l’avons pas."

Lutte généralisée en Valais

Il y a une dizaine de jours, c’est le Valais qui craignait l’attaque du gel. Mais les vergers n'ont finalement pas trop souffert selon le chef de l'office valaisan d'arboriculture et cultures maraîchères. Contacté par la RTS, Jacques Rossier relève que le froid de la nuit de dimanche à lundi a nécessité une lutte généralisée contre le gel par aspersion d’eau. La méthode n'est pas appliquée dans les coteaux, où il est encore un peu tôt pour évaluer la situation, mais ce spécialiste se dit "assez optimiste."

Les arbres fruitiers valaisans ont donc plutôt bien traversé les frimas, et les abeilles aussi. La floraison des abricotiers est terminée depuis dix jours et celle des cerises se termine. Les pommiers et poiriers, eux, se mettent à fleurir alors que les thermomètres remontent.

Mais tout nouveau risque de gel n'est pas exclu: il y a deux ans, c’est à fin avril qu’il avait gelé à pierre fendre.

Alain Arnaud/oang

Publié lundi à 13:00 - Modifié lundi à 14:51