Modifié le 22 mars 2019 à 08:25

Le dur pari des politiciens qui tentent leur chance dans un autre canton

Ronald Zacharias tente sa chance au sein de l'UDC en Valais.
Changer de canton et se relancer en politique, certains s'y lancent avec plus ou moins de réussite 19h30 / 2 min. / le 21 mars 2019
Ancien député du MCG et candidat au Conseil d'Etat genevois sous la bannière "Genève en marche", Ronald Zacharias rebondit aujourd'hui en Valais. Mais peu de politiciens ont réussi à se faire élire hors de leur canton d'origine.

"Ce n’est pas du tourisme politique, c’est un exil: je quitte Genève. L’esprit est devenu irrespirable à Genève, je ne vois pas de lumière au bout du tunnel. En Valais, il y a encore pour le moment une lumière", dit-il dans le 19h30.

Peu de réussites au fil des ans

Sur les années, peu de politiciens ont réussi à se faire élire loin des leurs. Récemment, l’ex-trublion de la politique genevoise Eric Stauffer - qui voulait se lancer sous la bannière du PDC valaisan - s’est cassé les dents.

Dans les années 1990, la socialiste bernoise Simonetta Sommaruga - devenue ensuite conseillère fédérale - avait échoué au Grand Conseil fribourgeois, comme l’UDC vaudois Kevin Grangier.

Au palmarès de ceux qui ont réussi, on trouve notamment à l'UDC Magdalena Blocher, Zurichoise élue dans les Grisons, ou Claude-Alain Voiblet. Maire de Reconvilier (BE), il était devenu premier citoyen de Lausanne quelques années plus tard.

"Il faut un engagement de chaque instant"

"L’expérience vécue pendant presque 20 ans en politique jurassienne m’a quand même beaucoup servi", dit-il. "Maintenant, il n’y a pas de miracle. Il faut un engagement de chaque instant, passer sur les marchés pratiquement tous ses samedis, aller au contact, aller dans les débats."

Réussir son transfert politique reste donc difficile. Pour le politologue René Knüsel, le problème principal vient des partis eux-mêmes et non des électeurs. "Cela rend les choses compliquées lorsque le parti est ancien, lorsqu'il y a une très forte et vieille implantation", explique-t-il. "C’est plus facile quand les partis sont plus récemment construits, on peut penser à l’UDC ou à des partis de ce type."

L’UDC Valais, justement, veut donner sa chance aujourd'hui à l’avocat genevois Ronald Zacharias. Il devrait figurer sur la liste principale du parti pour les prochaines élections fédérales.

oang

Publié le 22 mars 2019 à 07:52 - Modifié le 22 mars 2019 à 08:25