Modifié

Référendums d'annexion annoncés dans l'est et le sud de l'Ukraine

Les séparatistes prorusses annoncent des référendums d'autodétermination dans l'est et le sud de l'Ukraine [RTS]
Les séparatistes prorusses annoncent des référendums d'autodétermination dans l'est et le sud de l'Ukraine / 19h30 / 2 min. / le 20 septembre 2022
Les autorités installées par Moscou dans quatre régions d'Ukraine - Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia - ont annoncé mardi la tenue dans l'urgence du 23 au 27 septembre de "référendums" d'annexion par la Russie, en pleine contre-offensive ukrainienne.

Les pouvoirs séparatistes des régions de Lougansk et Donetsk ont annoncé ces votes, tout comme les autorités d'occupation russe de Kherson et Zaporijjia (sud). Ces scrutins, prévus dès cette semaine, interviendront alors que l'Ukraine entrera dans son 8e mois de guerre.

Ces votes, sur le modèle de celui qui a formalisé l'annexion de la péninsule de Crimée (sud) par la Russie en 2014, dénoncée par Kiev et les Occidentaux, font l'objet de préparatifs depuis plusieurs mois.

Les dirigeants séparatistes de Lougansk ont annoncé les premiers que le scrutin aurait lieu cette semaine, sur quatre jours à partir de vendredi. Ils ont été suivis du dirigeant séparatiste de Donetsk et des chefs de l'occupation de Kherson et de Zaporijjia. Tous ont demandé à Vladimir Poutine de reconnaître les résultats du vote.

Le calendrier semble s'être accéléré avec la contre-offensive ukrainienne qui a forcé l'armée russe à la retraite dans le nord-est du pays. Des responsables russes évoquaient jusqu'alors la date du 4 novembre, jour de l'unité nationale russe.

>> Les précisions d'Antoine Silacci dans le 19h30:

Antoine Silacci, chef de la rubrique internationale, analyse la tentative russe d'annexer plusieurs zones ukrainiennes et son potentiel d'escalade dans le conflit [RTS]
Antoine Silacci, chef de la rubrique internationale, analyse la tentative russe d'annexer plusieurs zones ukrainiennes et son potentiel d'escalade dans le conflit / 19h30 / 1 min. / le 20 septembre 2022

Contre-offensive ukrainienne

Ces annonces interviennent après les revers russes de début septembre, l'armée de Moscou se retirant de la région de Kharkiv face à la pression des forces de Kiev, fortes des approvisionnements d'armes et équipements occidentaux.

L'armée ukrainienne mène aussi une contre-offensive sur la région de Kherson dans le sud et une autre en direction de la région de Lougansk.

>> Ecouter aussi les explications dans La Matinale:

Référendums d'annexion annoncés dans l'est et le sud de l'Ukraine. [KONSTANTIN ZAVRAZHIN - SPUTNIK / AFP]KONSTANTIN ZAVRAZHIN - SPUTNIK / AFP
Référendums d'annexion annoncés dans l'est et le sud de l'Ukraine / La Matinale / 1 min. / le 21 septembre 2022

Réactions internationales

Le chancelier allemand Olaf Scholz juge que "ces référendums fictifs ne sont pas acceptables".

Le président français Emmanuel Macron a lui fustigé devant l'Assemblée générale des Nations unies "un retour à l'âge des impérialismes et des colonies", peu après avoir qualifié les scrutins annoncés de "parodie".

De son côté, l'Otan dénonce "une nouvelle escalade" dans la guerre.

Les Etats-Unis déclarent qu'ils ne reconnaîtront "jamais" les territoires annexés par la Russie, une Russie qui organiserait "hâtivement des simulacres de référendums".

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a minimisé l'importance de "référendums" d'annexion de territoires ukrainiens par la Russie tout en saluant la condamnation de ce projet par l'Occident.

>> Ecouter aussi les réactions à l'ONU dans La Matinale:

Mardi 20 septembre: le président suisse Ignazio Cassis s'exprime devant l'Assemblée générale de l'ONU à New York. [Jason Szenes - Keystone/EPA]Jason Szenes - Keystone/EPA
Référendums d'annexion annoncés dans l'est et le sud de l'Ukraine / Réactions à l'ONU / La Matinale / 1 min. / le 21 septembre 2022

Dissuasion nucléaire ?

Certains commentateurs ont évoqué le spectre d'une guerre nucléaire si la Russie annexait ces territoires et si le Kremlin considérait alors que la guerre avait lieu sur son sol.

Mardi matin, l'ex-président Dmitri Medvedev et actuel numéro deux du Conseil de sécurité russe avait jugé que les "référendums" d'annexion rétabliraient une "justice historique", le Kremlin considérant l'Ukraine comme historiquement russe. "Empiéter sur le territoire de la Russie est un crime et s'il est commis, cela vous permet d'utiliser toutes les forces de légitime défense", a-t-il menacé.

Pour l'analyste russe indépendante Tatiana Stanovaïa, la tenue de ces votes signifie que Poutine veut s'arroger "le droit d'utiliser l'arme atomique pour défendre le territoire russe".

Margarita Simonian, la patronne de la chaîne télévisée russe RT, a elle jugé que cette semaine sera soit "l'antichambre de notre victoire imminente" soit celle "de la guerre nucléaire".

>> Ecouter aussi la réaction d'Ignazio Cassis dans La Matinale:

Le président de la Confédération Ignazio Cassis à la tribune des Nations unies à New York, le 20 septembre 2022. [JASON SZENES - KEYSTONE]JASON SZENES - KEYSTONE
Référendums d'annexion annoncés dans l'est et le sud de l'Ukraine / Interview d'Ignazio Cassis / La Matinale / 1 min. / le 21 septembre 2022

Julien Furrer avec afp/ats

Publié Modifié