Bannière futur antérieur. [RTS]
Publié Modifié

Reboiser pour sauver la planète

Planter ou replanter des arbres pour sauver la planète, tout le monde ou presque partage ce constat.

Forêts, vergers, haies ou bosquets: partout dans le monde, projets, approches et techniques foisonnent, puisque (re-)planter un arbre, c'est contribuer à sauvegarder la biodiversité, à filtrer l'eau, à dépolluer l'atmosphère, à limiter le réchauffement climatique, à stopper l’avancée du désert, à protéger les populations tout en leur offrant, selon les pays, de nouveaux revenus et ressources vivrières.

Une série de Futur antérieur réalisée par Didier Pradervand.

Episode 1

A la recherche de nouvelles espèces forestières

Malgré la pression foncière, un prix du bois trop bas et beaucoup d'idées préconçues, la forêt suisse - qui couvre un tiers du territoire national - se porte plutôt bien, surtout en plaine. C'est en montagne qu'elle inquiète.

Difficilement exploitable, trop dense, pas assez panachée en âge et menacée par le réchauffement climatique (tempête, incendie, maladie, etc.), elle peine à se renouveler. Pour tenter de pallier ces fragilités, pour l'enrichir, la diversifier et anticiper l'avenir, l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) a lancé 35 plantations-tests de nouvelles essences ramenées d'Europe et des Etats-Unis.

Réchauffement climatique oblige, les forêts protectrices suisses pourraient voir leur essences changer. [cyberyann41/flickr.com]cyberyann41/flickr.com
Futur antérieur - A la recherche de nouvelles essences forestières / La Matinale 5h - 6h30 / 4 min. / le 29 octobre 2018

Episode 2

La pharaonesque muraille verte chinoise

Portugal, Inde, Pakistan, Equateur, Brésil, Afrique, Chine, etc. Partout, de titanesques chantiers de reboisement se multiplient. Certains datant même de plusieurs années, comme la muraille verte voulue par Pékin en 1978 afin notamment de stopper vents et tempêtes de sable venus des déserts du Nord et d'endiguer l'exode des populations rurales.

Il s'agit d'un projet pharaonique, avec ses 60 milliards d'arbres déjà replantés, ses 20% de tempêtes sableuses en moins, selon les autorités, et une surface finale réarborée qui équivaudra à 160 fois la Suisse. Entre le succès affiché par les autorités et le scepticisme de certains scientifiques, une chose est sûre: l'opération va se poursuivre jusqu’en 2050 au moins.

Pour stopper l'avancée du désert de Gobi, Pékin a fait le choix de planter des milliards d'arbres dont notamment le Saxaoul. [Bouette/Wikimedia Commons]Bouette/Wikimedia Commons
Futur antérieur - Une muraille verte pharaonesque en Chine / La Matinale 5h - 6h30 / 4 min. / le 30 octobre 2018

Episode 3

Arbres fruitiers : à la reconquête des hautes-tiges

Les arbres fruitiers se montaient à près de 13 millions dans les années 1950, ils ne sont plus que 2 à 2,5 millions. Conséquence: partout en Suisse, on se mobilise pour en replanter. Exemple dans le Jura avec le programme Vergers+ et ses 9500 hautes-tiges déjà replantés, ses pressoirs et distilleries rénovés, ses cours mis sur pied sur la taille, l'entretien, la transformation et la valorisation.

Car pour un impact paysager intéressant, une productivité fruitière de qualité, une approche agro-forestière innovante et un rôle clé en faveur de la biodiversité, il faut prendre son temps, le compter en décennies. L'arboriculture comme une école de l'espérance et de la patience.

Pour le Jurassien Victor Egger, "l'arboriculture est à une école de l'espérance". [Didier Pradervand - RTS]Didier Pradervand - RTS
Futur antérieur - Le reboisement des vergers en Suisse / La Matinale 5h - 6h30 / 4 min. / le 31 octobre 2018

Episode 4

Replanter des haies pour recréer de la biodiversité

Initié il y a une dizaine d'années dans la plaine du Chablais et avec une dizaine de kilomètres de haies déjà replantées, le programme s'est accéléré ces dernières années puisque la zone a été classée en projet de réseaux écologiques agricoles. Objectif: recréer de la biodiversité en réhabilitant des structures paysagères certes anciennes mais compatibles avec l'activité humaine actuelles.

Quant aux choix des essences, la priorité est donnée aux espèces indigènes, buissonnantes, épineuses, à fruits et à fleurs afin d'y héberger une faune menacée, et notamment les oiseaux, premiers symboles visibles et évidents d'une biodiversité réactivée.

Pour E. Revaz: "planter une haie, c’est offrir gîte et couvert aux oiseaux et sauvegarder la biodiversité". [Didier Pradervand - RTS]Didier Pradervand - RTS
Futur antérieur - Replanter des haies pour recréer de la biodiversité / La Matinale 5h - 6h30 / 4 min. / le 1 novembre 2018

Episode 5

Reboiser grâce à un moteur de recherches éco-responsable

Sans être propriétaire terrien, tout un chacun peut contribuer au reboisement. Techniques et méthodes se multiplient: piolet de balade connecté et empli de graines semées chaque fois qu'il se plante dans le sol, soutien financier aux ONG spécialisées, parrainage d'essences menacées, crowdfunding, fonds de placements forestier ou encore via le moteur de recherche ECOSIA, créé en 2009.

A chaque clic sur un lien sponsorisé, celui-ci encaisse l'argent, couvre ses frais et reverse le solde (près de 5 millions d'euros en 2017) à l'un ou l'autre de ses 19 projets de reboisement initiés en Afrique et en Amérique latine. A ce jour, plus de 40 millions d'arbres ont ainsi été replantés.

En Ethiopie, l'un des nombreux projets de reforestation soutenu par le moteur de recherche Ecosia.  [Shane Thomas McMillan - Shane Thomas McMillan]Shane Thomas McMillan - Shane Thomas McMillan
Futur antérieur - Reboiser grâce à un moteur de recherche éco-responsable / La Matinale 5h - 6h30 / 4 min. / le 2 novembre 2018