Modifié le 15 octobre 2018 à 07:27

L'Equateur met fin au régime d'isolement imposé à Julian Assange

Julian Assange, fondateur de Wikileaks, vit réfugié dans l'ambassade londonienne de l'Equateur depuis six ans.
Julian Assange, fondateur de Wikileaks, vit réfugié dans l'ambassade londonienne de l'Equateur depuis six ans. [JUSTIN TALLIS - AFP]
Le gouvernement équatorien a décidé de rétablir partiellement les communications de Julian Assange, a annoncé dimanche le site internet WikiLeaks. L'Australien vit réfugié dans son ambassade londonienne depuis 2012.

"L'Equateur a déclaré au directeur de la publication de WikiLeaks, Julian Assange, qu'il allait mettre fin au régime d'isolement qui lui était imposé, suite à la rencontre vendredi entre deux hauts responsables de l'ONU et le président équatorien Lenin Moreno", a révélé dimanche WikiLeaks.

Une décision qualifiée de "positive" par le site internet. L'Equateur a toutefois informé que le gouvernement avait l'intention de poursuivre la politique de Lenin Moreno qui consiste à restreindre l'expression des opinions de Julian Assange.

Tweets malvenus

Quito avait annoncé en mars avoir coupé "les systèmes" de communication "avec l'extérieur" de l'Australien. L'Equateur estimait qu'il avait manqué à son "engagement écrit de ne pas publier des messages constituant une ingérence dans la relation (de l'Équateur) avec d'autres États".

Julian Assange, 47 ans, a trouvé asile en juin 2012 dans l'ambassade d'Equateur pour échapper à une extradition vers la Suède, où il était recherché depuis fin 2010.

En cas d'arrestation, il craint d'être extradé et jugé aux Etats-Unis pour la publication par WikiLeaks en 2010 de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.

ats/alp

Publié le 15 octobre 2018 à 05:08 - Modifié le 15 octobre 2018 à 07:27