Modifié jeudi à 11:25

"Emmanuel Macron, un président sans troupes", selon Jean-François Kahn

L'invité de Romain Clivaz (vidéo) - Jean-François Kahn, journaliste et co-fondateur de Marianne
L'invité de Romain Clivaz (vidéo) - Jean-François Kahn, journaliste et co-fondateur de Marianne La Matinale / 10 min. / jeudi à 06:30
Jean-François Kahn publie plus de 670 pages de réflexions, de coups de cœur et de gueule dans son dernier livre, dans lequel il évoque Emmanuel Macron, dont il dit que "personne avant lui n'avait autant foutu le bordel".

Dans son dernier ouvrage, "M la maudite: la lettre qui permet de tout dire" publié aux éditions Tallandier, Jean-François Kahn écrit au sujet du président français Emmanuel Macron "personne avant lui n'avait autant foutu le bordel dans le paysage politique français comme pétrifié depuis soixante ans".

Un constat qu'il détaille jeudi dans La Matinale de la RTS: "La France s'est bipolarisée entre la droite et la gauche et voilà un candidat, pour la première fois, qui s'impose, qui est président de la République en se mettant à dos et la droite et la gauche et également une partie du centre, c'est quand même extraordinaire en soi!"

Le co-fondateur de l’hebdomadaire Marianne ajoute que "c'est la première fois depuis la Guerre qu'un vrai libéral rentre à l'Elysée. Tout ce que la droite et la presse disaient qu'il fallait faire, mais n'osaient pas le faire, finalement il l'a fait, veut le faire ou est en train de le faire et la droite est contre!"

"Le cas d'Emmanuel Macron tout à fait inouï"

Quant aux parallèles tirées avec l'ancien président français Valéry Giscard-d'Estaing, qui incarnait aussi une certaine nouveauté lors de son élection en 1974, Jean-François Kahn relève qu'"il y a une plus grande radicalité dans ce qu'Emmanuel Macron veut remettre en cause".

Il souligne encore que "Valéry Giscard d'Estaing avait derrière lui des troupes, une base et une force sociale et intellectuelle qui le soutenaient jusqu'au bout."

"Ce qui est tout à fait inouï dans le cas d'Emmanuel Macron, c'est qu'il n'a pas de troupes, pas de base et très peu de soutien médiatique. C'est ce qui est fascinant dans le phénomène, c'est lui, son charme, son intelligence et derrière il n'y a pas quelque chose de solide sur lequel il peut s'appuyer."

Propos recueillis par Romain Clivaz/lgr

Publié jeudi à 09:19 - Modifié jeudi à 11:25