Modifié le 14 septembre 2018 à 18:54

Emmanuel Macron lève le tabou de la torture pendant la guerre d'Algérie

Le président français Emmanuel Macron et Michèle Audin, fille de l'opposant communiste Maurice Audin, mort après avoir été enlevé par des militaires français à Alger.
Emmanuel Macron lève le tabou de la torture pendant la guerre d'Algérie La Matinale / 1 min. / le 14 septembre 2018
Le président Emmanuel Macron a reconnu jeudi que la France avait mis en place un "système" entraînant des actes de "torture" pendant la guerre d'Algérie, qui avait eu lieu entre 1954 et 1962.

Emmanuel Macron a remis une déclaration en ce sens à la veuve de l'opposant communiste Maurice Audin, mort après avoir été enlevé par des militaires français à Alger en 1957, lui demandant "pardon".

"Il importe que cette histoire soit connue, qu'elle soit regardée avec courage et lucidité. Il en va de l'apaisement et de la sérénité de ceux qu'elle a meurtris (...) tant en Algérie qu'en France", a dit Emmanuel Macron.

Ouverture des archives

Le président a également promis l'ouverture des archives sur le sujet des disparus civils et militaires, français et algériens, Paris et Alger entretenant des relations intimes et compliquées du fait de l'histoire coloniale et des migrations entre les deux pays.

Ces déclarations promettent de provoquer de vives réactions en France où la guerre d'Algérie, bien que largement documentée, reste un sujet hyper-sensible et le recours à la torture, bien que connu, demeure un tabou de l'histoire officielle.

afp/ta

Publié le 13 septembre 2018 à 16:59 - Modifié le 14 septembre 2018 à 18:54