Modifié

Les Etats-Unis affirment que la Syrie prépare des armes chimiques

Les présidents russe et syrien Vladimir Poutine et Bachar al-Assad sont directement visés par les accusations des Etats-Unis sur l'existence d'armes chimiques. [Mikhail Klimentyev - Keystone]
Les présidents russe et syrien Vladimir Poutine et Bachar al-Assad sont directement visés par les accusations des Etats-Unis sur l'existence d'armes chimiques. [Mikhail Klimentyev - Keystone]
Les Etats-Unis affirment détenir des "preuves" que le régime syrien prépare des armes chimiques pour les utiliser contre le dernier bastion rebelle d'Idlib.

Washington a déjà menacé à plusieurs reprises Damas de frappes en cas d'utilisation de telles armes. "Toute offensive serait considérée pour nous comme une escalade irresponsable. Il y a de nombreuses preuves que des armes chimiques sont en cours de préparation", a déclaré jeudi le représentant spécial des Etats-Unis en Syrie, Jim Jeffrey.

La Maison Blanche a mis en garde à maintes reprises le président syrien Bachar al-Assad contre l'utilisation d'armes chimiques sous peine de frappes, comme en avril dernier à la suite d'une attaque présumée chimique contre la localité rebelle de Douma.

Raids aériens

Idlib, dernier bastion rebelle en Syrie, se prépare à une offensive jugée imminente des forces du régime syrien, appuyées par l'armée russe. Depuis plusieurs semaines, Damas masse des renforts aux abords de la province, frontalière de la Turquie.

Des frappes aériennes ont été menées jeudi, probablement par l'aviation russe, dans la province rebelle et des centaines de civils ont fui la zone.

agences/br

Publié Modifié

Sommet tripartite

Les présidents d'Iran, de Russie et de Turquie se retrouvent en sommet vendredi à Téhéran pour décider du sort de la province d'Idleb où la communauté internationale redoute un désastre humanitaire imminent.

La rencontre entre le président iranien Hassan Rohani et ses homologues Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan doit avoir lieu dans l'après-midi quelques heures seulement avant une autre réunion sur la situation à Idleb, convoquée par les Etats-Unis au Conseil de sécurité de l'ONU.