Modifié

Les USA ne financent plus l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens

L'aide de l'ONU est menacée dans les territoires palestiniens par la décision de Donald Trump. [RTS]
L'aide de l'ONU est menacée dans les territoires palestiniens par la décision de Donald Trump. / 19h30 / 2 min. / le 1 septembre 2018
L'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient ne touchera plus d'aide de la part des Etats-Unis. Une décision critiquée du côté palestinien.

Les Etats-Unis ne financeront plus l'UNRWA, l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient.

Les autorités américaines expliquent qu'elles ne souhaitent plus supporter la part très disproportionnée du fardeau des coûts de l'agence onusienne. Celle-ci est financée presque entièrement par des contributions volontaires d'Etats.

Une décision "rejetée" et "condamnée"

L'Autorité palestinienne a "rejeté" et "condamné" la décision des Etats-Unis vendredi. Elle appelle les pays du monde "à rejeter cette décision" et "à fournir tout l'appui possible à l'UNRWA".

Un porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas  a qualifié, lui, cette décision "d'attaque contre le peuple palestinien".

L'agence de l'ONU n'a pas non plus tardé à réagir par l'intermédiaire de son porte-parole, Chris Gunness parlant, via Twitter, de "profond regrets" et de "déception".

Trois millions de Palestiniens aidés

Israël, de son côté, a salué samedi cette décision, accusant l'organisation de "perpétuer le conflit" israélo-palestinien en entretenant l'idée que de nombreux Palestiniens sont des réfugiés dotés du droit au retour sur les terres qu'ils ont fuies ou dont ils ont été chassés lors de la création d'Israël en 1948.

L'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient aide plus de trois millions de Palestiniens sur les cinq millions enregistrés comme réfugiés, notamment à travers ses écoles et ses centres de santé, dans les territoires palestiniens mais aussi au Liban, en Jordanie et en Syrie.

ats/alp

Publié Modifié

Relation de plus en plus tendue entre les Etats-Unis et la Palestine

La décision de Donald Trump de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme capitale d'Israël, fin 2017, a marqué une rupture dans les relations avec les Palestiniens. Ses dirigeants ont immédiatement coupé tout contact avec Washington.

En réponse, le président américain avait annoncé fin janvier qu'il allait conditionner le versement de l'aide aux Palestiniens. Et son administration est progressivement passée à l'acte, coupant désormais tout soutien financier.