Modifié

L'Italie et la Hongrie font front commun sur la question migratoire

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban et le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini, lors d'une conférence de presse à Milan, le 28 août. [Marco Bertorello - AFP]
L'Italie et la Hongrie font front commun sur la question migratoire / La Matinale / 2 min. / le 29 août 2018
L'homme fort du gouvernement italien Matteo Salvini et le Premier ministre hongrois Viktor Orban se sont rencontrés à Milan mardi. Ce dernier a affirmé que le ministre de l'Intérieur italien était "son héros", et Macron son ennemi.

Les deux hommes, partisans d'une ligne dure contre les migrants arrivant en Europe, ont confirmé devant la presse leur accord sur la nécessité de "défendre les frontières" contre l'immigration.

"La Hongrie est la preuve que les migrants peuvent être arrêtés sur la terre ferme", a exprimé Viktor Orban, dont le pays a construit une barrière de barbelés antimigrants sur plusieurs centaines de kilomètres à la frontière avec la Serbie et la Croatie.

"C'est là que débute la mission de Salvini. Il devrait démontrer que ces migrants peuvent être arrêtés également sur les mers", a-t-il ajouté.

Deux camps en Europe

Les deux hommes politiques sont d'accord, leur principal adversaire en Europe est le président français Emmanuel Macron. "Il y a actuellement deux camps en Europe et l'un est dirigé par Macron", a affirmé le Premier ministre hongrois.

"(Emmanuel Macron) est à la tête des forces politiques soutenant l'immigration", a-t-il lancé. "De l'autre côté, il y a nous qui voulons arrêter l'immigration illégale", a encore dit Viktor Orban.

Le leader national-conservateur a également expliqué que leur objectif était "d'aider là où il y a des problèmes", en Afrique notamment, "pas d'apporter les problèmes chez nous".

"J'espère que cette rencontre sera la première d'une longue série pour changer le destin de l'Italie, de la Hongrie et de la totalité du continent européen", a affirmé de son côté Matteo Salvini.

"Orban et Salvini s'opposent sur plusieurs points"

Alors que les deux hommes ont affiché leur alliance et leur estime réciproque, plusieurs divergences les séparent, note Marc Lazar, professeur d’histoire et de sociologie politique à Science Po à Paris et à l’université Luiss-Guido Carli de Rome: "Le Premier ministre hongrois a dit qu'il était hors de question que son pays prenne en charge une répartition des migrants comme le souhaite Matteo Salvini et l'Italie", explique-t-il sur les ondes de la RTS.

En outre, la conception de l'UE semble séparer les deux dirigeants, ajoute le spécialiste: "Viktor Orban est un pro-européen et souhaite une défense commune. Or, Matteo Salvini a des déclarations de plus en plus ambigues sur l'Union européenne elle-même."

Marc Lazar estime toutefois qu'ils peuvent obtenir de bons résultats lors des élections européennes en 2019: "Ils peuvent éventuellement s'allier. Ils sont en train de mettre la pression sur les démocrates et socialistes européens car ils ont une dynamique qui tourne autour de l'immigration, la sécurité et la lutte contre ce qu'ils nomment la menace islamique en Europe."

>> L'interview de Marc Lazar:

Marc Lazar (ici en 2002). [Gattoni - Leemage/AFP]Gattoni - Leemage/AFP
Marc Lazar décrypte la rencontre entre Matteo Salvini et Viktor Orban / La Matinale / 8 min. / le 29 août 2018

afp/puga/hend

Publié Modifié

Accord avec l'Allemagne

Matteo Salvini a par ailleurs évoqué l'imminence d'un accord avec l'Allemagne sur les migrants dits secondaires, ceux déjà enregistrés dans un autre pays de l'Union européenne, comme l'Italie.

L'accord avec l'Allemagne est "à portée de mains", a-t-il affirmé devant la presse. "Ce qui importe, pour l'Italie, c'est un jeu à somme nulle, ce qui veut dire reprendre dans notre pays les migrants qui cherchent à se rendre ailleurs, cela dans la mesure où un nombre équivalent de migrants quittera notre pays", a expliqué le dirigeant de la Ligue.

Manifestation à Milan

Une manifestation d'environ 3000 personnes, organisée par des partis de gauche, s'est déroulée non loin du lieu de la réunion entre les deux hommes.