Modifié le 24 juillet 2018 à 10:28

Une résurgence du VIH dans certains pays alarme les experts à Amsterdam

La professeure de médecine Linda-Gail Bekker a pris la parole lors de l'ouverture de la 22e conférence sur le SIDA à Amsterdam, le 23 juillet 2018.
La professeure de médecine Linda-Gail Bekker a pris la parole lors de l'ouverture de la 22e conférence sur le SIDA à Amsterdam, le 23 juillet 2018. [Robin Van Lonkhuijsen - Keystone]
Une résurgence du virus VIH dans certains pays, liée notamment aux pratiques en matière de drogues, inquiète les membres de la conférence internationale sur le sida qui s'est ouverte lundi à Amsterdam.

Des milliers de chercheurs, militants et personnes atteintes par le virus se sont réunis pour une conférence de cinq jours, alors qu'un relâchement dans la prévention, conjugué à une baisse des financements internationaux fait craindre un rebond de l'épidémie.

Les experts ont récemment alerté que les nouvelles infections au VIH, bien que globalement en baisse, sont en augmentation dans une cinquantaine de pays.

Prévenir reste plus efficace que guérir

Des lois strictes sur les drogues et le partage des seringues sont en cause, principalement en Europe de l'Est et en Asie centrale, où le nombre d'infections a augmenté de 30% depuis 2010.

Les experts ont déploré que, ces dernières années, l'accent ait été mis sur les traitements pour éradiquer le virus, détournant l'attention des programmes de prévention basiques. Cela a favorisé la propagation parmi les groupes vulnérables.

Le virus VIH a infecté presque 80 millions de personnes depuis le début des années 80. Plus de 35 millions d'entre eux y ont succombé.

>> Ecouter le bilan contrasté sur le sida avec Michel Sidibé, le directeur exécutif d'Onusida:

Michel Sidibé, directeur général d'OnuSida.
Ian Langsdon - EPA/Keystone
Tout un monde - Publié le 20 juillet 2018

afp/jop

Publié le 23 juillet 2018 à 22:57 - Modifié le 24 juillet 2018 à 10:28