Modifié le 10 juillet 2018 à 07:09

Nouveaux mandats d'arrêt dans le cadre des attentats du 13 novembre

Des officiers de police à Paris devant la salle de concert du Bataclan, en mars 2016.
Des officiers de police à Paris devant la salle de concert du Bataclan, en mars 2016. [Alain Jocard - AFP]
De nouveaux mandats d'arrêt internationaux ont été lancés dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, ont annoncé lundi les juges chargés du dossier.

Ces mandats d'arrêt visent deux djihadistes français, vraisemblablement encore vivants et en Syrie, qui avaient revendiqué ces attaques meurtrières au nom du groupe Etat islamique.

L'analyse des revendications mène les magistrats à penser qu'ils étaient au courant des préparatifs des attentats, et les messages sonores ont permis d'identifier leurs voix.

La délivrance des mandats d'arrêt internationaux signifie que les juges réclament leur audition, en vue de leur inculpation.

Douze hommes poursuivis

Cette annonce a été faite par les juges d'instruction lors d'une réunion des rescapés et proches de victimes des attaques perpétrées contre des terrasses et la salle du Bataclan à Paris et au Stade de France à Saint-Denis, qui ont fait 130 morts.

Au cours de cette réunion, les juges ont également indiqué qu'ils espéraient boucler l'instruction en septembre 2019.

Au total, douze hommes sont poursuivis dans le dossier instruit à Paris et au moins cinq autres font l'objet d'un mandat d'arrêt.

jvo avec agences

Publié le 09 juillet 2018 à 23:45 - Modifié le 10 juillet 2018 à 07:09