Modifié le 06 juillet 2018 à 23:02

Londres propose une "zone de libre échange" avec l'UE pour l'après-Brexit

La Première ministre britannique Theresa May devant ses ministres le 6 juillet 2018.
La Première ministre britannique Theresa May devant ses ministres le 6 juillet 2018. [Gouvernement britannique - EPA/Keystone]
La Première ministre britannique Theresa May s'est accordée vendredi avec son gouvernement autour d'une ligne commune sur le Brexit. Elle propose notamment la création d'une "zone de libre échange" entre le Royaume-Uni et l'UE.

Cette proposition était attendue de longue date par les Européens, lassés des atermoiements du gouvernement britannique sur le contenu des négociations sur le divorce d'avec l'UE, prévu dans moins de neuf mois.

"Notre proposition créerait une zone de libre échange entre le Royaume-Uni et l'UE avec un ensemble de règles communes pour les biens industriels et les produits agricoles", a déclaré Theresa May vendredi soir, précisant que le secteur des services ferait l'objet "d'arrangements différents".

Nouveau modèle douanier

"Nous avons également convenu d'un nouveau modèle douanier favorable aux entreprises avec la liberté de conclure de nouveaux accords commerciaux dans le monde entier", a ajouté la Première ministre.

Selon l'exécutif britannique, ces propositions permettront d'éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord, cette question constituant le principal point d'achoppement des négociations en cours.

agences/hend

Publié le 06 juillet 2018 à 22:46 - Modifié le 06 juillet 2018 à 23:02

Réactions critiques

A peine publié, le projet de Theresa May suscitait toutefois déjà des réactions critiques du côté des eurosceptiques.

"Nous voyons maintenant le vrai visage de Theresa May. Il s'agit d'un mauvais (plan) pour le Royaume-Uni", a déclaré dans un communiqué John Longworth, co-président du mouvement pro-Brexit Leave Means Leave.

Réaction de Bruxelles attendue

Reste désormais à savoir quelle sera la réaction de Bruxelles, qui aimerait voir les discussions enfin progresser.

"Plus vite nous aurons une proposition britannique précise sur la frontière irlandaise, meilleures seront les chances de finaliser les négociations du Brexit cette année", a déclaré cette semaine le président du Conseil européen Donald Tusk.