Modifié

Deux navires transportant des migrants en attente de solution diplomatique

Migrations: l’Italie refuse d’accueillir le bateau Lifeline avec à son bord 230 migrants [RTS]
Migrations: l’Italie refuse d’accueillir le bateau Lifeline avec à son bord 230 migrants / 19h30 / 2 min. / le 23 juin 2018
Deux bateaux transportant des dizaines de migrants, le Lifeline, menacé de séquestre par l'Italie, et l'Alexander Maersk, prévoient de se rencontrer au large de Malte. Aucune solution diplomatique n'a encore été trouvée.

Le Lifeline navigue en cercle au large de la capitale maltaise, après avoir secouru environ 230 naufragés en perdition au large des côtes libyennes.

Il est en passe de devenir un nouveau symbole du bras de fer entre pays européens sur la prise en charge des migrants secourus en Méditerranée.

>> Lire aussi: Le ministre de l'Intérieur italien accuse Emmanuel Macron d'"arrogance"

Rome exclut de laisser entrer dans un port italien tout navire transportant des migrants, et accuse par ailleurs le navire de battre illégalement pavillon néerlandais -ce que l'ONG dément.

"Le Lifeline, un navire illégal avec 239 immigrants à bord, est dans les eaux maltaises", a écrit sur Facebook le ministre de l'Intérieur italien et chef de file de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini. "Rejoindre l'Italie, ils peuvent oublier. Je veux en finir avec le business du trafic et la mafia".

Rencontre probable avec l'Alexander Maersk

Le porte-conteneurs Alexander Maersk a secouru quant à lui 113 migrants au large des côtes du sud de l'Italie et se trouve actuellement au large de la Sicile. Selon le représentant en Allemagne de Lifeline, "la probabilité est de 90% que l'Alexander Maersk rejoigne notre position".

La rencontre des deux navires en un même lieu viserait tant à faciliter une solution diplomatique commune pour ces migrants, que les manoeuvres pour les ravitailler.

Malte s'aligne sur l'Italie

La situation s'avère pourtant mal engagée également du côté de Malte, qui n'est pas disposée à accueillir sur sa petite île des centaines de migrants.

"Lifeline a enfreint les règles en ignorant les directives italiennes", a tweeté samedi le Premier ministre maltais Joseph Muscat. Comme l'Italie, il accuse l'ONG d'avoir pris à son bord les migrants alors que les garde-côtes libyens étaient en train d'intervenir. Le navire de l'ONG "devrait retourner vers sa destination d'origine pour éviter l'escalade", prévient Joseph Muscat.

"Situation précaire à bord"

La marine maltaise a tout de même affrété samedi un bateau avec de l'eau et de la nourriture pour les passagers du Lifeline. La situation à bord est précaire, avec beaucoup de migrants en "très mauvaise santé", assure le représentant de l'ONG, qui devait également organiser ce week-end une mission en mer pour apporter des médicaments.

"Nous attendons une solution diplomatique, des discussions sont en cours entre différents Etats" pour accueillir le Lifeline et les naufragés, a-t-il déclaré sans en dire plus.

afp/ptur

Publié Modifié

Départs en hausse

En raison d'une météo clémente, les départs depuis les côtes libyennes, proches de celles de l'Italie, se sont multipliés ces dernières semaines.

Samedi, 769 migrants au total ont été secourus au cours de trois opérations menées au large des côtes espagnoles par les services de sauvetage espagnols.

Entassées à bord de 16 embarcations, 298 personnes ont été prises en charge dans le détroit de Gibraltar et débarquées dans les ports de Tarifa et de Barbate, en Andalousie.

D'autre part, 342 autres migrants ont été secourus en Méditerranée entre le sud de l'Espagne et le nord du Maroc et 129 au large de l'île de Grande Canarie, dans l'océan Atlantique.