Modifié le 16 juin 2018 à 14:16

Accord surprise entre l'opposition et le gouvernement au Nicaragua

Accord surprise entre l'opposition et le gouvernement au Nicaragua
Accord surprise entre l'opposition et le gouvernement au Nicaragua 12h45 / 1 min. / le 16 juin 2018
Le gouvernement nicaraguayen et l'opposition ont trouvé un accord vendredi, le premier autorisant des observateurs des droits de l'Homme à venir enquêter sur les violences qui ont fait plus de 170 morts en deux mois.

Dans un apparent revirement après l'impasse des négociations de la matinée, les représentants de l'opposition ont eux accepté une demande clef du pouvoir du président Daniel Ortega: un plan visant à lever les blocages qui entravent les routes pour empêcher les forces anti-émeutes de passer, selon la conférence épiscopale qui joue le rôle de médiateur dans le conflit.

Son chef, le cardinal Leopoldo Brenes, a ajouté que l'Eglise avait demandé à Daniel Ortega d'avancer les prochaines élections générales à 2019, deux ans avant l'échéance prévue. Ce dernier n'a pas accédé à la demande.

Tension intacte

L'opposition exige le départ du président, 72 ans, "héros" de la révolution sandiniste qui a dirigé le pays de 1979 à 1990 après avoir évincé le dictateur Anastasio Somoza. Daniel Ortega est revenu au pouvoir depuis 2007.

La tension reste forte entre les deux camps: au moment même où l'Eglise organisait la réunion de concertation vendredi matin, des milices paramilitaires progouvernementales menaient l'assaut dans au moins quatre quartiers de Managua.

agences/kg

Publié le 16 juin 2018 à 10:12 - Modifié le 16 juin 2018 à 14:16