Modifié le 10 juin 2018 à 19:01

Donald Trump retire brusquement son soutien au communiqué final du G7

Donald Trump a annoncé via un tweet qu'il ne soutenait pas les décisions finales du G7.
Donald Trump humilie ses alliés au sommet du G7, interview de Françoise Coste Forum / 8 min. / le 10 juin 2018
Donald Trump a brusquement retiré son soutien au communiqué final du sommet du G7 de deux jours dans la ville québécoise de La Malbaie, malgré le compromis qui avait été forgé sur les questions commerciales.

La délégation du président américain et lui-même avaient pourtant donné leur aval à ce document en 28 points péniblement négocié par le "Groupe des sept" (Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Japon).

Déjà parti pour Singapour, où il doit rencontrer Kim Jong-un, Donald Trump a justifié ce camouflet par des propos de Justin Trudeau, l'hôte du sommet, lors de sa conférence de presse de clôture.

Le Premier ministre du Canada, pays frappé comme l'Europe et le reste du monde de nouveaux droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium, a redit à cette occasion que ces taxes étaient "insultantes", au regard de l'histoire entre les deux pays

Justin Trudeau, "malhonnête et faible"

"Les Canadiens sont polis et raisonnables, mais nous ne nous laisserons pas bousculer", a déclaré le Premier ministre canadien, qui avait auparavant loué le consensus trouvé par les sept sur une série de sujets.

Quelques heures plus tard, piqué au vif par ces paroles, Donald Trump a tweeté, depuis Air Force One, qu'il avait ordonné à ses représentants de retirer le sceau américain du communiqué final. Il a au passage traité Justin Trudeau de personne "malhonnête et faible".

Réponse laconique du cabinet canadien

Les dirigeants du G7 avaient quitté La Malbaie lorsque Donald Trump a décidé de déchirer l'accord final du sommet. Dans un premier temps, aucun n'a fait de commentaire. Puis le cabinet de Justin Trudeau a publié un communiqué dans lequel il est dit que "nous nous concentrons sur tout ce que nous avons accompli ici au sommet G7".

"Le Premier ministre n'a rien dit qu'il n'avait pas déjà dit auparavant, autant publiquement qu'en conversations privées avec le président."

>> Lire aussi: Le G7 s'engage à réduire les droits de douane et à réformer l'OMC

ats/ther

Publié le 10 juin 2018 à 07:05 - Modifié le 10 juin 2018 à 19:01

Nouvelles menaces sur les voitures européennes

Donald Trump a renouvelé sa menace de tarifs sur les voitures européennes et étrangères importées aux Etats-Unis. Un secteur qui pèse bien plus que les deux métaux jusqu'à présent frappés.

Les Etats-Unis sont le premier marché étranger pour les marques européennes de voitures. L'Allemagne est particulièrement inquiète: les automobiles représentent en valeur le quart de ce que le pays exporte vers les Etats-Unis.