Modifié le 03 juin 2018 à 10:20

Les violences au Nicaragua ont fait de nouvelles victimes samedi

Un manifestant fait feu avec un mortier "fait maison", samedi à Masaya, au Nicaragua.
Un manifestant fait feu avec un mortier "fait maison", samedi à Masaya, au Nicaragua. [Esteban Felix - AP/Keystone]
Six morts, plusieurs blessés, des arrestations et des dégâts matériels: la violence s'est poursuivie samedi au Nicaragua, où la ville de Masaya a connu de nouveaux affrontements entre manifestants et police anti-émeute.

Samedi, Masaya s'est transformé en champ de bataille quand les forces de l'ordre aidées de groupes de civils, apparemment mobilisés en milice par le pouvoir sandiniste, ont tenté de dégager les rues de la ville, l'une des principales du pays avec quelque 100'000 habitants, à 30 kilomètres de Managua, la capitale.

Après deux attaques de ces "groupes de choc", la population s'est organisée en autodéfense en dressant des barricades pour gêner leurs mouvements, sonnant l'alerte avec les cloches de l'église pour prévenir d'une attaque.

Plus de cent morts

Plus d'une centaine d'habitants ont trouvé la mort dans le pays depuis la vague de manifestations déclenchée le 18 avril pour exiger le départ du président Daniel Ortega, un ancien guérillero sandiniste de 72 ans, au pouvoir depuis 2007.

La contestation populaire est partie d'une réforme des retraites, abandonnée depuis, mais a tourné à un mouvement général de rejet du chef de l'État, accusé de confisquer le pouvoir.

afp/pym

Publié le 03 juin 2018 à 07:35 - Modifié le 03 juin 2018 à 10:20