Modifié le 01 juin 2018 à 11:10

Le ministre-président de Bavière impose le crucifix à des fins politiques

Markus Söder voit dans le crucifix un signe "culturel et historique" de la Bavière.
Le ministre-président de Bavière impose le crucifix à des fins politiques La Matinale / 1 min. / le 31 mai 2018
Plus d'un millier de bâtiments publics bavarois doivent arborer dès vendredi une croix dans leur entrée. Mais l'initiative du ministre-président de ce Land très catholique suscite de nombreuses critiques.

La directive précise qu'il devra désormais y avoir "une croix visible dans l'entrée de chaque bâtiment public de service, comme signe d'expression culturelle et historique de la Bavière". Plus d'un millier de bâtiments et d'administrations sont concernés.

La décision émane du nouveau ministre-président CSU (Union chrétienne-sociale) Markus Söder, protestant de confession. Mais l'objectif de la section bavaroise du parti est clairement politique: aller chasser sur les terres du parti d'extrême droite AfD, à quelques mois des élections régionales.

Tout le monde n'obéira pas

Mais cette décision a suscité de nombreuses critiques, à commencer par celles des instances religieuses: représentants des catholiques, protestants, juifs et musulmans d'Allemagne ont dénoncé, dans un communiqué commun, un renforcement des divisions au sein de la société. Le comité des laïcs catholiques, de son côté, estime que Markus Söder instrumentalise la croix.

Une pétition lancée par les jeunes libéraux de la Bavière a par ailleurs recueilli quelque 55'000 signatures contre cette initiative que tout le monde ne suivra pas: la directrice du musée d'art contemporain de Nuremberg, par exemple, refuse d'obtempérer et estime qu'on ne peut pas la forcer.

Blandine Milcent/oang

Publié le 31 mai 2018 à 07:31 - Modifié le 01 juin 2018 à 11:10