Modifié le 29 mai 2018

Un accord a été trouvé sur la tenue d'élections en Libye le 10 décembre

Organisée par la France, la conférence a notamment réunis les acteurs libyens et le président français Emmanuel Macron.
Organisée par la France, la conférence a notamment réunis les acteurs libyens et le président français Emmanuel Macron. [Etienne Laurent - Keystone]
Les quatre principaux acteurs de la crise libyenne ont accepté mardi à Paris la tenue d'élections présidentielle et parlementaires le 10 décembre dans le cadre d'une feuille de route visant à sortir la Libye du chaos.

Ce document en huit points, fruit de longues discussions entre les différentes parties jusqu'à la dernière minute, a été lu à l'issue d'une conférence internationale organisée par la France sous les auspices des Nations Unies, en présence d'une vingtaine de pays et de quatre organisations internationales.

Il a été approuvé - et non signé comme initialement envisagé - par le Premier ministre libyen Fayez Seraj, l'homme fort de l'est du pays le maréchal Khalifa Haftar, le président de la chambre des représentants Aguila Salah Issa et le président du Conseil d'Etat Khaled al Mishri.

Unification de la banque centrale

Les quatre dirigeants libyens s'engagent à "accepter les résultats des élections et à veiller à ce qu'un financement approprié et que des dispositions solides en matière de sécurité soient mises en place".

Le texte prévoit en outre de "mettre fin progressivement à l'existence du gouvernement et des institutions parallèles" et le lancement des travaux en vue de l'unification de la banque centrale libyenne.

>> Ecouter l'analyse de Maurine Mercier sur la désillusion des Libyens face à cet accord:

Les Libyens rêvent de voter, mais doutent de l'organisation de votations en décembre.
Abdullah Doma - AFP
Forum - Publié le 29 mai 2018

ats/kg

Publié le 29 mai 2018 - Modifié le 29 mai 2018