Publié le 26 mai 2018 à 08:36

La prison de Guantanamo fait face au vieillissement de ses prisonniers

La prison militaire américaine de Guantanamo, sur l'île de Cuba, photographiée en juin 2008.
La prison militaire américaine de Guantanamo, sur l'île de Cuba, photographiée en juin 2008. [Brennan Linsley - AP Photo/Keystone]
Quand ils sont arrivés à Guantanamo, ils étaient des combattants dans la force de l'âge, capturés peu après les attentats du 11 septembre 2001. Plus de 15 ans plus tard, les détenus ont vieilli, et la prison doit s'adapter.

Cette semaine, la Maison Blanche s'est rendue à l'évidence: en l'absence de volonté politique de régler la situation des 40 derniers prisonniers de Guantanamo, certains d'entre eux risquent d'y finir leurs jours.

"Le centre de détention pour les détenus de grande valeur connaît des problèmes structurels et des pannes de système qui, si on ne les règle pas, pourraient représenter un risque pour les gardiens et les détenus", a indiqué la Maison Blanche dans une lettre aux élus du Congrès pour leur demander des fonds supplémentaires pour Guantanamo.

"Il ne répond pas non plus aux besoins d'une population qui vieillit", précise le document.

Pas d'information sur les détenus

Le Pentagone ne publie pas d'informations sur les détenus de Guantanamo mais certains documents publiés par WikiLeaks et le New York Times permettent d'en savoir un peu plus sur eux.

L'âge moyen des prisonniers est de 46 ans et demi. Le plus âgé est le Pakistanais Saifullah Paracha, qui aura 71 ans en août.

afp/ebz

Publié le 26 mai 2018 à 08:36

Adaptation des espaces

"Certains des espaces destinés aux rencontres avec les avocats sont maintenant équipés de rampes pour chaises roulantes", indique l'avocat d'un détenu. Des poignées ont été installées dans les toilettes pour aider les prisonniers à se relever.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) visite Guantanamo environ quatre fois par an pour s'assurer que la prison répond aux critères internationaux et pour évaluer la façon dont les prisonniers sont traités.

"Nous sommes activement engagés dans un dialogue avec les autorités américaines" sur les besoins médicaux des détenus, indique à l'AFP un porte-parole du CICR à Washington, Marc Kilstein.

Les détenus âgés souffrent fréquemment de maladies chroniques qui peuvent être exacerbées par le confinement: insuffisances cardiaques, diabète, maladies du foie, problèmes cognitifs.