Modifié le 21 mai 2018 à 21:34

Washington va imposer "les sanctions les plus dures de l'Histoire" à l'Iran

Mike Pompeo, lors de son intervention sur l'accord avec l'Iran, mardi 21 mai 2018 à Washington.
Washington va imposer "les sanctions les plus dures de l'Histoire" à l'Iran Forum / 3 min. / le 21 mai 2018
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a annoncé lundi que les Etats-Unis vont adopter "les sanctions les plus dures de l'Histoire" contre le régime iranien.

Le chef de la diplomatie américaine a promis que l'Iran n'aura "plus jamais carte blanche pour dominer le Moyen-Orient". Il veut également "traquer les agents iraniens et leurs supplétifs du Hezbollah à travers le monde pour les écraser".

L’ancien directeur de la CIA a tenu un discours très dur et assuré que les Etats-Unis allaient exercer une "pression financière sans précédent" sur le régime iranien.

Douze conditions

Deux semaines après le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien, Mike Pompeo a énuméré douze conditions pour conclure un "nouvel accord", avec des demandes beaucoup plus draconiennes sur le volet nucléaire, la fin de la prolifération balistique et de l'implication iranienne dans les conflits au Moyen-Orient. En échange, les Etats-Unis seraient prêts à lever leurs sanctions.

Mike Pompeo a demandé le "soutien" des alliés de Washington, mais les a prévenus: les entreprises qui feront affaire en Iran dans des secteurs interdits par les sanctions américaines "seront tenues responsables".

"Il n'y a pas de solution alternative"

La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a affirmé lundi qu'"il n'y (avait) pas de solution alternative" à l'accord sur le nucléaire avec l'Iran.

"Le discours du secrétaire (d'Etat) Pompeo n'a démontré en rien comment le fait de se retirer du Plan d'action conjoint (JCPOA, le nom officiel de l'accord nucléaire iranien) avait rendu ou rendrait la région plus sûre de la menace de prolifération nucléaire ou comment il nous placerait dans une meilleure position pour influencer la conduite de l'Iran dans des domaines en dehors de la portée du JCPOA", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

afp/pym

Publié le 21 mai 2018 à 16:39 - Modifié le 21 mai 2018 à 21:34