Modifié

Huit arrestations après la bousculade de 2017 à Turin, qui a fait 1500 blessés

La place San Carlo, à Turin, abandonnée après un mouvement de panique durant la finale de la Ligue des champions le 3 juin 2017. [ALESSANDRO DI MARCO - keystone]
La place San Carlo, à Turin, abandonnée après un mouvement de panique durant la finale de la Ligue des champions le 3 juin 2017. [ALESSANDRO DI MARCO - keystone]
Huit personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur la bousculade qui avait fait un mort et 1500 blessés le 3 juin 2017 à Turin, dans le nord de l'Italie, lors de la retransmission de la finale de la Ligue des champions.

Les huit hommes sont soupçonnés d'avoir provoqué la bousculade en dispersant un spray irritant sur la foule alors rassemblée sur l'une des principales places de la capitale piémontaise, expliquent vendredi les médias italiens.

Le groupe, qui aurait utilisé ce procédé afin de dérober des objets de valeurs sur des spectateurs, serait impliqué dans plusieurs délits similaires lors d'autres rassemblements en plein air.

Des responsables sous enquête

Une enquête pour homicides et blessures involontaires, achevée jeudi, vise aussi dans cette affaire la maire de Turin, Chiara Appendino (Mouvement 5 Etoiles, antisystème), ainsi que plusieurs responsables, dont son ex-chef de cabinet et le commissaire de police qui était chargé du maintien de l'ordre public ce soir-là.

Très vite après le drame, Chiara Appendino et son équipe avaient été mis en cause pour n'avoir pas pris les mesures de sécurité nécessaires à l'organisation d'un tel événement, en particulier l'absence d'un plan d'évacuation d'urgence.

>> Les images du mouvement de foule du 3 juin 2017

Un mouvement de panique fait 1000 blessés à Turin [RTS]
Un mouvement de panique fait 1000 blessés à Turin / L'actu en vidéo / 59 sec. / le 4 juin 2017

afp/fme

Publié Modifié

Rappel des faits

Le 3 juin 2017, quelques minutes avant la fin de la finale opposant la Juventus de Turin et le Real Madrid, un mouvement de panique provoqué par des rumeurs de bombe s'était propagé parmi les quelque 20'000 personnes venues assister à la rencontre diffusée sur écran géant place San Carlo, dans le centre-ville.

La bousculade avait fait un mort, une jeune femme de 38 ans qui avait succombé à ses blessures quelques jours plus tard, ainsi que 1500 blessés.