Modifié le 28 mars 2018 à 12:01

La ville rebelle de Douma sous la menace de l'armée de Bachar al-Assad

Des dizaines de milliers de civils sont assiégés depuis des années à Douma, la plus grande ville de la Ghouta orientale.
Des dizaines de milliers de civils sont assiégés depuis des années à Douma, la plus grande ville de la Ghouta orientale. [Mohammed Badra - Keystone]
L'armée syrienne s'apprête à lancer une "très importante" opération contre Douma, la dernière ville tenue par les insurgés dans la région de la Ghouta orientale, à moins que le groupe rebelle Jaich al-Islam ne quitte les lieux.

Pour faire cesser les bombardements sur la Ghouta orientale, deux groupes islamistes ont accepté des accords d'évacuations parrainés par la Russie. Mais le doute subsiste quant au sort de la dernière poche rebelle: la ville de Douma, la plus grande ville de la Ghouta.

>> Lire aussi: Le plus important convoi évacuant des rebelles a quitté la Ghouta en Syrie

Le quotidien progouvernemental al-Watan, qui cite une source militaire, a ainsi assuré mardi que "les forces déployées dans la Ghouta se préparent à une très importante opération militaire à Douma, si les terroristes de Jaich al-Islam n'acceptent pas de restituer la ville et d'évacuer les lieux".

Le groupe rebelle assure qu'il a l'intention de rester dans Douma, où vivent assiégés des dizaines de milliers de civils.

A la faveur d'une offensive dévastatrice lancée le 18 février, le pouvoir de Bachar al-Assad a déjà reconquis plus de 90% des territoires rebelles dans la Ghouta. Son pilonnage quotidien a tué plus de 1600 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

reuters/dk

Publié le 28 mars 2018 à 10:42 - Modifié le 28 mars 2018 à 12:01

La reconquête du régime syrien

Appuyé par son indéfectible allié russe, le pouvoir de Damas a pu renverser la donne dans le conflit qui ravage la Syrie depuis 2011, multipliant les victoires face aux rebelles et aux djihadistes, jusqu'à reconquérir plus de la moitié du pays.

En début d'année, il a fait de la Ghouta orientale sa priorité, alors que les rebelles de ce secteur, assiégés depuis 2013, tiraient obus et roquettes meurtriers sur la capitale.

Le conflit syrien a fait plus de 350'000 morts et s'est transformé en une guerre complexe impliquant de multiples belligérants.