Publié

Des arrestations en masse aux Maldives après une manifestation

Des forces de police des Maldives tiennent un membre de l'opposition qui tentait de pénétrer dans le Parlement à Malé le 15 février dernier. [Mohamed Sharuhaan - AP/Keystone]
Des forces de police des Maldives tiennent un membre de l'opposition qui tentait de pénétrer dans le Parlement à Malé le 15 février dernier. [Mohamed Sharuhaan - AP/Keystone]
Les autorités des Maldives ont arrêté plus de 140 opposants après une grande manifestation, a annoncé samedi l'opposition. Tout rassemblement est interdit en vertu de l'état d'urgence imposé en février.

Des milliers de personnes étaient descendues dans les rues de la capitale Malé vendredi soir. Elles avaient continué à manifester jusque dans les premières heures de samedi, demandant la fin de l'état d'urgence, précise un communiqué publié par l'opposition au Sri Lanka.

A la suite de cette démonstration, 141 opposants pro-démocratie, dont trois parlementaires, ont été arrêtés, la plus importante arrestation de masse depuis 2015, toujours selon l'opposition.

Du gaz lacrymogène utilisé

La police maldivienne a confirmé samedi ces arrestations. Elle a indiqué que seules deux personnes avaient été relâchées pour l'instant. Elle a également confirmé l'usage de gaz poivré et lacrymogène pour disperser cette manifestation interdite.

Le président Abdulla Yameen a déclaré l'état d'urgence, limitant notamment les pouvoirs de la justice et du Parlement, après que la Cour suprême a annulé des condamnations criminelles contre des dirigeants de l'opposition.

ats/tmun

Publié