Publié le 08 mars 2018

Israël permet à sa police de confisquer les corps d'assaillants palestiniens

La Knesset, le Parlement israélien, à Jérusalem.
La Knesset, le Parlement israélien, à Jérusalem. [Keystone]
Les députés israéliens ont adopté jeudi une loi controversée permettant à la police de détenir indéfiniment les corps de Palestiniens auteurs d'attentats.

Après le début d'une vague de violences en octobre 2015, les forces israéliennes ont confisqué, souvent pendant des mois, les corps de Palestiniens auteurs ou auteurs présumés de violences anti-israéliennes.

Cette confiscation est très mal vécue par les Palestiniens, soucieux d'inhumer leurs morts le plus vite possible.

La pratique divise l'appareil sécuritaire israélien, notamment entre police et armée. Ses partisans font valoir que les obsèques tournent à la glorification des violences anti-israéliennes. Ses détracteurs objectent qu'elle attise les tensions.

Opposant outré

Youssef Jabarine, député d'opposition de la Liste arabe, a dénoncé une "loi délirante et draconnienne de la part d'un gouvernement lui-même délirant".

Le texte ne s'applique qu'à Israël et à Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem annexée par Israël, et non à la Cisjordanie occupée, territoire palestinien où c'est l'armée israélienne, et non pas la police, qui exerce le contrôle sécuritaire.

afp/pym

Publié le 08 mars 2018