Modifié

Le harcèlement de rue bientôt amendable de 90 euros en France

Des passagers montent à bord du métro à la gare Montparnasse, à Paris, en 2010. [EPA/HORACIO VILLALOBOS - Keystone]
Des passagers montent à bord du métro à la gare Montparnasse, à Paris, en 2010. [EPA/HORACIO VILLALOBOS - Keystone]
Face à l'ampleur du harcèlement de rue, le gouvernement français annonce mardi l'instauration d'une amende de 90 euros (environ 105 francs) pour sanctionner leurs auteurs.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a affirmé vouloir mettre un terme au harcèlement dont se disent victimes 90% des femmes en région parisienne.

Un récent rapport parlementaire préconisait la mise en place d'une amende allant de 90 à 750 euros (en fonction de la rapidité de paiement) pour sanctionner "tout propos, comportement ou pression à caractère sexiste ou sexuel" dans l'espace public.

>> Voir aussi: Au moins 267'000 victimes de harcèlement dans les transports publics français

Flagrant délit devant un agent

Selon ce rapport, l'infraction d'"outrage sexiste" devra être constatée "en flagrance" par les agents de la toute récente "police de proximité du quotidien". Le porte-parole a dit être "conscient" de la difficulté de constater un flagrant délit pour une telle verbalisation.

"Mais c'est mieux que rien", a-t-il insisté. Si le principe de telles amendes n'a pas fonctionné dans d'autres pays européens, notamment en Belgique ou au Portugal, il a estimé qu'"on peut peut-être s'enrichir des expériences ratées".

ats/mh

Publié Modifié