Modifié

La soeur de Kim Jong-Un ira en Corée du Sud pour les Jeux olympiques

Kim Yo Jong, la soeur du leader nord-coréen Kim Jong Un. [Wong Maye-E - AP Photo]
Kim Yo Jong, la soeur du leader nord-coréen Kim Jong Un. [Wong Maye-E - AP Photo]
Kim Yo-Jong, la soeur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un se rendra en Corée du Sud pour les Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang, a annoncé mercredi le ministère sud-coréen de l'Unification.

Kim Yo-Jong, haute dirigeante du parti unique, fera partie d'une délégation de haut rang attendue vendredi au Sud et emmenée par le chef d'Etat honorifique de la Corée du Nord.

La soeur du dirigeant nord-coréen, qui approcherait la trentaine, a été promue en octobre au bureau politique du Parti des travailleurs de Corée, l'instance de prise de décision présidée par son frère.

"Visite d'orientation sur le terrain"

On l'a souvent vue accompagner son frère en "visite d'orientation sur le terrain" et elle était en charge des opérations de propagande du parti au pouvoir.

Diriger la Corée du Nord a toujours été une affaire de famille. Kim Jong-Un est le troisième du nom à présider sur les destinées du pays, après son père Kim Jong-Il et son grand-père Kim Il-Sung, le fondateur de la Corée du Nord.

Le frère et la soeur sont nés de l'union de Kim Jong-Il et de sa troisième conjointe, l'ancienne danseuse Ko Yong-Hui.

afp/jvia

Publié Modifié

La délégation nord-coréenne arrive

Une délégation nord-coréenne forte de 280 membres était arrivée en Corée du Sud. Menée par le ministre des Sports Kim Il-Guk, elle est composée de journalistes, de membres de l'équipe nord-coréenne de taekwondo, qui va faire une démonstration en marge des JO, ainsi que de 229 "pom pom girls".

Tous ont franchi à pieds la frontière habillées d'un manteau rouge et d'un tour de cou et bonnet en fourrure noire.

Avertissement de Mike Pence

En visite à Tokyo, Mike Pence a lui mis en garde le président coréen Moon Jae-in, partisan de longue date d'un dialogue avec le Nord, sur le fait que Pyongyang allait chercher à utiliser les Jeux olympiques à des
fins de propagandes.

"Nous n'allons pas permettre à la Corée du Nord de cacher derrière la bannière olympique la réalité de l'asservissement de son peuple et de sa menace pour la région toute entière", a-t-il martelé.

Mike Pence a en outre promis de dévoiler sous peu de nouvelles sanctions économiques les plus dures
et les plus agressives contre la Corée du Nord, "régime le plus tyrannique et le plus oppressif au monde".

Washington et ses alliés n'entendent pas relâcher la pression sur Pyongyang tant que le Kim Jong-un n'aura pas pris des mesures en vue d'une "dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible", a-t-il prévenu.