Modifié le 04 février 2018 à 10:46

Une nouvelle fois, un village américain défend son eau face à Nestlé

Des bouteilles d'eau Nestlé dans une usine française (image prétexte).
Des bouteilles d'eau Nestlé dans une usine française (image prétexte). [Sebastien Bozon - AFP]
Au nord des Etats-Unis, la commune d'Osceola Township dans le Michigan tente d'empêcher le géant suisse Nestlé d'extraire davantage l'eau de ses rivières. Son cas n'est pas unique.

Selon la population locale, les rivières ont rétréci depuis le début des années 2000, lorsque le géant de l'agroalimentaire Nestlé a commencé à pomper l'eau de la région pour la vendre sous la marque Ice Mountain, présentée comme eau de source, donc plus chère que de l'eau purifiée.

Située à 320 kilomètres au nord de Detroit, la commune agricole de quelque 900 habitants ne veut pas autoriser le géant suisse à construire une station de pompage visant à extraire 1500 litres d'eau par minute, contre 950 litres actuellement.

Montant dérisoire

Osceola Township a fait appel en janvier d'une décision d'une juge au motif que le projet de Nestlé allait affecter l'aquifère. Des données de scientifiques rémunérés par Nestlé montrent qu'il n'y a pas d'impact sur l'environnement, mais il n'existe pas d'étude indépendante.

La colère du village est en grande partie nourrie par le sentiment d'être exploité. Nestlé paie 200 dollars par an à l'Etat du Michigan pour pomper près de 500 millions de litres.

afp/mh

Publié le 04 février 2018 à 10:29 - Modifié le 04 février 2018 à 10:46

Levée de boucliers aux Etats-Unis

Le village d'Osceola Township n'est pas le premier à s'opposer à Nestlé. En 2015, la bourgade de Cascade Locks, dans l'Oregon, s'est insurgée contre la privatisation de la gorge du Columbia.

>> Lire aussi: Entre économie et écologie, Nestlé à nouveau critiqué dans l'ouest des USA

La même année, les Californiens s'élevaient contre le pompage de l'eau par Nestlé alors que la région faisait face à une sécheresse dramatique, au point de rationner la consommation des habitants.

>> Lire aussi: En pleine sécheresse, Nestlé continue de pomper l'eau californienne

Redevance minimale pour l'eau

De nombreux Etats américains autorisent les entreprises à utiliser autant d'eau qu'elles le souhaitent pour une redevance minimale à condition qu'elles la pompent elles-mêmes et construisent les infrastructures nécessaires.

Nestlé affirme en outre contribuer pour 18 millions de dollars de recettes par an à l'Etat du Michigan, dont 2,4 millions en impôts en 2016.

Le village de Osceola Township, au nord des Etats-Unis