Modifié le 04 février 2018

Des balles tirées d'une voiture font six blessés à Macerata, en Italie

Les ambulanciers soignent un blessé sur les lieux de la fusillade.
Les ambulanciers soignent un blessé sur les lieux de la fusillade. [GUIDO PICCHIO - EPA ANSA]
Une fusillade déclenchée par un jeune Italien sympathisant de l'extrême droite a fait samedi six blessés, à Macerata, dans le centre de l'Italie. Tous les blessés sont des étrangers.

L'homme au crâne rasé, qui avait ouvert le feu de sa voiture, a été arrêté sans opposer de résistance, selon les chaînes de télévision. "Il y a six blessés et tous sont des étrangers", a déclaré le maire de la ville, Romano Carancini, après ces tirs dans la matinée qui ont semé la panique dans le centre de cette localité de 43'000 habitants.

Les six blessés, cinq hommes et une femme, sont originaires du Mali, du Ghana et du Nigeria, selon l'agence de presse Agi. Un jeune homme a été grièvement blessé au thorax.

"Haine raciale"

Pour le ministre italien de l'Intérieur Marco Minniti, l'acte est empreint d'une "évidente haine raciale". Il juge en outre que la fusillade était marquée par une culture "d'extrémisme de droite avec des références claires au fascisme et au nazisme".

Le suspect aurait clamé "L'Italie aux Italiens", aux policiers, selon Agi. Il a par ailleurs été été candidat en 2017 sous l'étiquette de la Ligue du Nord (parti souverainiste anti-immigration).

ats/ypf

Publié le 03 février 2018 - Modifié le 04 février 2018

Réactions politiques

"Quelqu'un qui tire est un délinquant, abstraction faite de la couleur de la peau", a très vite réagi le patron de la Ligue du Nord, Matteo Salvini, avant de dénoncer l'"invasion" migratoire en Italie.

"Il me semble qu'il s'agit du geste d'un déséquilibré, qui mérite la plus ferme condamnation, mais qui ne peut être considéré comme ayant une connotation politique claire", a jugé Silvio Berlusconi, dont le parti de droite Forza Italia est allié à la Ligue de Matteo Salvini.

Macerata, dans le centre de l'Italie